Vu par Zibeline

Le documentaire Enterrar y callar d'Anna López Luna

« Sur ce gouffre de douleur »

• 14 avril 2016 •
Le documentaire Enterrar y callar d'Anna López Luna - Zibeline

On connait les vols d’enfants commis en Espagne par la dictature franquiste, pour les soustraire à l’influence « néfaste » des Républicains, moins ceux qui ont continué après. Ces rapts de nouveau-nés dans les hôpitaux publics qui ont perduré dans la démocratie ont indigné la jeune cinéaste Anna López Luna ; elle a donc pris contact, par le biais d’associations de victimes, avec des femmes à qui les institutions administratives, médicales, religieuses ont menti et qui ont été privées de leurs enfants.

En 2012, elle est allée à leur rencontre à Grenade, Valence, Madrid, Saragosse… libérant une parole enfouie depuis plus de 40 ans parfois. Une soixantaine d’entretiens avec des mères, quelques pères et « enfants » volés, devenus adultes et ayant découvert ce secret. Elle en a gardé 24 fragments qu’elle nous donne à entendre, son documentaire étant avant tout un film de paroles. Les témoignages s’enchaînent, ponctués par des comptines et photos d’archives, plus bouleversants les uns que les autres : à l’une on a dit que son enfant était mort-né, à l’autre qu’un problème était survenu subitement. À toutes, on a refusé de montrer le corps. Certaines ont eu droit à des simulacres d’enterrement. Plus tard, quand des recherches ont démarré, les dossiers administratifs et médicaux, les archives, avaient disparu ! Tous, fragiles mais décidés à continuer leur combat, confient leur désarroi, leur peine, leur révolte avec une grande dignité, filmés frontalement par la caméra discrète d’Anna López Luna.

« Mon film est une métaphore de ce que fut la transition démocratique », a précisé la réalisatrice qui a répondu aux questions nombreuses du public, surpris de découvrir ces vols d’enfants, encore impunis à cause de la complicité des institutions, de l’Église et du corps médical.

La projection d’Enterrar y callar dont le titre rappelle une des eaux-fortes de Goya, Désastres de la guerre, et le poème éponyme d’Eluard, a eu lieu aux Variétés en partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme.

ANNIE GAVA

AVRIL 2016

Enterrar y callar a été projeté le 14 avril au cinéma Les Variétés, à Marseille

Photo  © Anna López Luna


Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes