La Femme des Steppes, le flic et l’œuf, Wang Quan’an, en salles le 19 août

Steppe by steppeVu par Zibeline

La Femme des Steppes, le flic et l’œuf, Wang Quan’an, en salles le 19 août - Zibeline

Cela faisait sept ans que l’on attendait un nouveau long-métrage du réalisateur chinois Wang Quan’an, notamment lauréat de l’Ours d’Or à Berlin pour Le Mariage de Tuya. Un film avec lequel La Femme des Steppes, le flic et l’œuf entretient de nombreux parallèles, puisqu’il accompagne également le voyage émotionnel et psychique d’une fermière dans les plaines infinies de la steppe mongole. Sauf qu’ici, l’histoire se concentre sur un policier (Norovsambuu Batmunkh) envoyé surveiller une scène de crime au cœur de la steppe. Une bergère (formidable Dulamjav Enkhtaivan, véritable bergère mongole sans formation d’actrice), plus aguerrie à cet univers inhospitalier, entre froid et loups, viendra lui prêter assistance pour la nuit…

Wang Quan’an déploie dans ce film très contemplatif et méditatif une veine quasi-documentaire. La profondeur de champ, le recours accru aux plans larges s’impose comme le seul moyen de rendre compte de la sauvagerie froide du paysage, et de la force du lien humain qui peut lui faire obstacle. Il invente de nouveaux modes de narration où l’image et le mouvement s’avèrent des vecteurs de langage plus puissants que le dialogue. À cet égard, la magnifique photographie des steppes mongoles, protagoniste à part entière de l’œuvre, doit beaucoup à la patte du chef opérateur français Aymerick Pilarski. Il sait enrichir la palette de couleurs de la steppe, entre ciel bleu et froid et herbe sèche et jaunie, avec les éclats rosés des vêtements des protagonistes et des reflets du soleil couchant.

C’est la rencontre des deux personnages principaux qui resserrera l’angle et leur permettra de retrouver une chaleur qui leur manquait, d’échapper au silence étouffant de la Nature. Le crime originel finit par n’être qu’un prétexte, et l’inamovibilité du paysage comme des traditions nomades nous ramène au temps de dinosaures, dont on souhaiterait qu’ils n’aient jamais disparu.

SUZANNE CANESSA
Août 2020

La Femme des Steppes, le flic et l’œuf, Wang Quan’an, sortie le 19 août (1h40)

Sortie en DVD le 1er décembre