Vu par Zibeline

Steak haché

C’est un sujet casse-gueule : parler d’amour, même à travers les contes de fée façon Bettelheim, ça a un air de déjà-vu, surtout après l’envahissement rose de la Saint-Valentin. Encore des histoires de princesses et d’ogres, de bergères et de princes… Pourtant la mise en scène de Frédéric Bélier Garcia joue de la parodie et bouscule les rôles ; il arrive au paladin d’être moche, le roi ressemble à Mobutu, les jeunes filles revendiquent le droit de changer d’amoureux comme de chemise, les costumes des moutons et des loups sont délicieusement «vintage», les frites ont la patate et le steak expose ses entrailles avec bonne volonté. Mais du coup le public fleur bleue émerge déçu de la représentation, et le public caustique reste sur sa faim, ayant espéré explorer les affres du monstre solitaire «comme la plupart des monstres» ou la révolte du Prince Désolant, que son père refuse de reconnaître.

Reste la voix off, aussi saugrenue que désopilante, cri d’affection sincère sur messagerie téléphonique de Mademoiselle Denise à son neveu. Une femme qui a de la personnalité, elle.

GAËLLE CLOAREC

Mars 2012

 

La Princesse transformée en steak-frite a été joué à la Criée du 22 au 25 février

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/