La nouvelle création de la Compagnie ERd’O se découvre entre les rayonnages des bibliothèques

Spectrale Virginia WoolfVu par Zibeline

• 13 février 2020⇒14 février 2020, 5 mars 2020, 11 mars 2020⇒17 avril 2020 •
La nouvelle création de la Compagnie ERd’O se découvre entre les rayonnages des bibliothèques  - Zibeline

Convoquer le fantôme des écrivains dans une bibliothèque, c’était LA bonne idée de la metteuse en scène Edith Amsellem pour cette nouvelle création de la Cie ERd’O. Quel meilleur hommage à ce lieu de découvertes intergénérationnelles, qu’y faire communauté pour un spectacle camouflé sous l’apparence d’une conférence ? Réunis sur des gradins installés au 3e étage de l’Alcazar, les spectateurs étaient accueillis ce soir-là par une bibliothécaire, pour une intro soignée posant le contexte biographique de Virginia Woolf, sujet du débat. Une vie étonnante pour l’époque, mâtinée de relations extraconjugales homosexuelles n’empêchant pas une réelle accointance intellectuelle avec son époux. Surtout, une production littéraire abondante hantée par le « feu des consciences », rédigée à une époque où la production littéraire était alors encore essentiellement masculine. C’est bien à cette thématique, traitée dans Un lieu à soi, que s’attache le spectacle : pourquoi les autrices sont-elles si rares jusqu’au XXe siècle ?

Intacte, la bibliothèque va pourtant subtilement se transfigurer au cours du spectacle, comme par un effet de la pensée. Beaucoup de malice et de facétie pour des effets léchés -que nous tairons- destinés à pimenter la mise en scène. Et Virginia apparaît. Si sa prose, parfois ardue, réclame une attention acérée pour se laisser appréhender sur papier, la comédienne Anne Naudon, plus spectrale que jamais, l’habite en une subtile incandescence. C’est avec une virevoltante fluidité que s’épanouissent une heure durant les réflexions de l’autrice, entre constats, prospectives et analyses. Une lumineuse évidence se fait alors jour en un temps suspendu, titillant un appétit sans cesse renouvelé pour tous ces auteurs frémissants, quasiment frétillants, qui ne demandent qu’à être (re)découverts sur les rayonnages. Un brin (trop) soutenu pour ces premières représentations, le rythme devrait sans peine s’assagir à terme pour trouver sa vitesse de croisière, promesse d’une inextinguible force qui se clôt avec beaucoup d’émotion. Habile et élégante manière de faire communauté de pensée, en semant les graines d’une réflexion qui ne cesse de cheminer depuis un siècle. 

JULIE BORDENAVE
Février 2020

Virginia à la bibliothèque jouait du 28 janvier au 8 février, à la bibliothèque du Merlan et de l’Alcazar, Marseille.

À venir :

13 et 14 février dans les médiathèques de Gap et Tallard
mediatheque-gap.fr
ville-tallard.fr/fr/vivre/mediatheque/

5 mars
Médiathèque Albert Camus, La Valette
04 94 23 36 49 lavalette83.fr 

30 avril
Médiathèque Boris Vian, Port-de-Bouc
04 42 06 39 09 theatre-semaphore-portdebouc.com 

11 mars au 17 avril
Tournée dans le cadre des dispositifs d’action culturelle de la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
04 91 11 19 47 enrangdoignons.com 

Photo : © Vincent Beaume

Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/

Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès
13 003 Marseille
04 13 31 82 00
http://www.biblio13.fr