Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Des exploits, du rêve, du rire, de l'émotion... belle édition du festival Tous dehors (enfin) ! à Gap

Sous les coquelicots

Des exploits, du rêve, du rire, de l'émotion... belle édition du festival Tous dehors (enfin) ! à Gap - Zibeline

Tous dehors, (enfin) ! Et cette fois, la météorologie était au beau fixe -presque- jusqu’à la fin. Le festival des arts de la rue gapençais a battu son plein durant les trois premiers jours de juin. Une belle édition pour fêter les 30 ans du théâtre organisateur, La Passerelle, avec quinze compagnies et plus de cinquante représentations.

Des plus méditatives (Le chant des coquelicots, délicat concert sous fleurs géantes de la Cie Fredanco, ou Museum of the Moon, impressionnante lune en suspension signée Luke Jerram, quasiment à portée de main) ; aux plus sportives (Miss Dolly, par Marcel et ses drôles de femmes, envol époustouflant de ludions circassiens, ou Pelat, de Joan Català, beau gosse catalan venu manipuler un tronc de bois dans la tradition de son pays « juste à côté de l’Espagne »). En passant par les plus drôles : la Cie Théâtre Group’ jouait son immortelle Jurassienne de réparation, et tenait le Stand 2000, baraque foraine peuplée de rois de l’impro, ramassis de loosers sarcastiques et fiers de l’être, à mille lieux de la France en marche (qu’est-ce que ça fait du bien !).

Les deux prestations les plus marquantes étaient très différentes l’une de l’autre. Tout d’abord celle de la clown Véronique Tuaillon, alias Christine dans Maure Aura, perchée sur des jambes de danseuse étoile, qui ramène ses bières et son frigo, et une heure durant manie le rire et les larmes avec maestria. De sa longue expérience en milieu hospitalier, elle tire un récit secouant sur la maladie d’un enfant, et conclut que « si on ne peut pas ajouter de jours à la vie, on peut ajouter de la vie aux jours ».

Puis le spectacle Silva de la Cie marseillaise Libertivore, enfin vu à Gap (les représentations avaient dû être annulées l’an passé pour cause de pluies torrentielles). Fanny Soriano a conçu un parcours dans les hauteurs au dessus de la ville, au Domaine de Charance, avec ses acrobates-danseurs. On a désormais du mal à imaginer cette expérience singulière, mystérieuse, rêveuse, ailleurs que dans les humides forêts de feuillus des Alpes, au crépuscule : l’ombre d’une branche dessine encore dans nos mémoires des hiéroglyphes sur le sol.

GAËLLE CLOAREC
Juin 2018

Tous dehors (enfin) ! a eu lieu du 1er au 3 juin à Gap, dans les Hautes Alpes.

Retrouvez également sur notre WebRadio l’interview du photographe Remi Petit, exposé jusqu’au 30 juin au Théâtre La Passerelle, et jusqu’au 31 juillet au Parc de la Pépinière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Le chant des coquelicots, Miss Dolly, Pelat, More Aura, Silva lors du festival Tous dehors (enfin) ! 2018 -c- G.C.


Théâtre La Passerelle
137 boulevard Georges Pompidou
05000 Gap
04 92 52 52 52
http://www.theatre-la-passerelle.eu/