Azuro, le premier long métrage de Matthieu Rozé en salles le 30 mars

Sous le soleil exactementVu par Zibeline

Azuro, le premier long métrage de Matthieu Rozé en salles le 30 mars - Zibeline

Ils s’aiment, s’ennuient, se disputent, fument, boivent des Campari au bord de la Méditerranée. Sous un soleil de plomb. Un groupe d’amis en vacances ensemble comme chaque année. Sara (Valérie Donzelli), toujours un peu ailleurs, a très peur de la mer et de beaucoup d’autres choses, aime son enfant plus fort que l’océan, plus fort que tout ce qui existe. Pierre (Yannick Choirat), le père, son compagnon qui l’a sans doute souvent trompée, préfère que les choses soient dites et n’aime pas qu’on lui résiste. Gina (Maya Sansa) se dispute tout le temps avec Vadim (Thomas Scimeca), « con et poète à la fois », mais ne quittera jamais cet homme/enfant qui réclame sans cesse ses pâtes aux vongole et a des certitudes. « Il n’y a pas de vacances à l’amour, ça n’existe pas. L’amour, il faut le vivre complètement avec ton ennui et tout, il n’y a pas de vacances possibles à ça » dit-il à ses amis. Margaux (Florence Loiret Caille), boostée aux Campari, souvent les seins à l’air, prend un bain, une nuit, avec Pierre et partage peut -être plus ! La fille de Pierre, Jeanne (Rose Timbert) doit s’occuper de son demi-frère et trouve très vains ces adultes qui ne pensent qu’à leur gueule. « Si vous n étiez pas là, le monde tournerait quand même ! » leur lance-t-elle. Et puis il y a ce bateau, objet de tous les regards. À son bord, un Homme (Nuno Lopes). Il n’a pas de nom, sait nager en fumant et, venu d’on ne sait où, séduit tout le monde, en particulier Sara. Dans Azuro, le premier long métrage de Matthieu Rozé, il y a aussi des pompiers, un feu qui s’étend peu à peu, rougissant l’horizon, un orage qui se fait attendre, un voyage en Italie prévu pour aller voir les petits chevaux de Tarquinia. Tourné en pellicule à Ensuès-la-Redonne, le film, adapté du roman de Marguerite Duras, Les petits chevaux de Tarquinia publié en 1953, nous embarque dans une histoire d’amour et de désir, de fidélité et d’infidélité, colorée de bleu, de jaune et de rouge. Le bleu de la mer, le rouge du désir qui se transmet aux vagues, le jaune doré des rochers et des corps. Les « Durasophiles » y retrouveront avec plaisir les dialogues de l’écrivaine, soulignés délicatement par la musique de Kid Francescoli. Les gens d’ici y reconnaitront les paysages de la Côte bleue dans la chaleur estivale, superbement filmés par le directeur de la photo, George Lechaptois. Sa caméra a saisi avec une grande sensibilité les visages et les yeux des acteurs et actrices, en particulier celui de Valérie Donzelli qui passe, en un instant, de la tendresse au désespoir. On sent par instants comme une fin de monde et on songe  à ces vers de Rimbaud : Elle est retrouvée. / Quoi ? – L’Eternité. / C’est la mer allée / Avec le soleil.

ANNIE GAVA
Mars 2022

Le film produit par Tabo Tabo Films et Comic Strip Production a été présenté en avant-première le 18 mars au cinéma Les Variétés

Vous pouvez écouter un entretie dans WRZ

Photo : © Paname Distribution