Vu par Zibeline

Réflexion sur l’œuvre de Jean Vilar

Sous le signe de Vilar

Réflexion sur l’œuvre de Jean Vilar - Zibeline

La réflexion sur l’œuvre de Vilar ne relève pas que du souci mémoriel. Il semble que quelque chose a été raté dans l’héritage de son œuvre, et qu’il faille revenir à sa source, aujourd’hui, pour repenser le théâtre. C’est l’idée qui se dégageait de la soirée organisée par les Amis du Théâtre Populaire à Aix dans le petit et pertinent Théâtre des Ateliers. Jacques-Olivier Durand venait y parler de son dernier livre sur l’expérience des ATP (voir Zib 54), et de l’importance de ce théâtre programmé par les spectateurs, initiée à Avignon lorsque le souffle de Vilar animait les esprits et leur donnait l’ambition de s’adresser au peuple, pour l’émanciper. Puis Jacques Téphany, directeur de la Maison Vilar, lut sa correspondance avec sa femme, qui affirme entre les lignes la force et la difficulté de son combat de théâtre. Car cet homme était surtout animé par le désir de libérer les esprits, et aima le théâtre après la littérature.

Comment faire revenir le public vers un théâtre plus ouvert qu’avant, mais aussi moins estimé et médiatisé, et aussi peu fréquenté par le peuple ? Toute la discussion après la lecture tourna autour de cela, et des aliénations d’aujourd’hui, auxquelles les spectacles, à la télé mais aussi sur nos scènes, participent…

AGNÈS FRESCHEL

Octobre 2012

 

La soirée Vilar s’est tenue le 1er octobre

 

À venir :

Colloque international dont la 1re partie, La gloire de Jean Vilar, est organisée à Avignon : Vilar vu de l’étranger, sous la présidence d’Hélène Laplace-Claverie, le 26 oct salle des thèses à l’Université d’Avignon ; Réception, polémiques, influences, sous la direction de Laurent Fleury, le 27 oct à la Maison Jean Vilar.

Maison Jean Vilar, Avignon

04 90 86 59 64