Solistes d’été

 - Zibeline

Roger Muraro est un grand pianiste. Sa volonté d’aller vers le répertoire romantique s’entend en regard de la pertinence et des lignes de force inhérentes à son jeu ; technique exceptionnelle, sens développé  de la couleur harmonique et recherche de l’authenticité des phrasés. Mais ce soir là, en début de concert, l’inspiration n’était pas au rendez-vous. Il a fallu attendre Messiaen, le compositeur de prédilection du pianiste, pour retrouver son toucher transcendé par une pensée sonore riche et contrastée. Par la suite Schumann, dans la lignée de «l’Alouette Lulu », gagnait en profondeur et l’on pouvait alors contempler certaines scènes la forêt comme de l’intérieur, baignées dans une demi-obscurité assoupie et transparente.

L’épreuve véritable, celle qui permet à l’interprète de montrer sa capacité à porter une architecture d’ampleur, nous attendait en deuxième partie : la symphonie fantastique de Berlioz revue (et corrigée ?) par Liszt dans laquelle Roger Muraro se montra à la hauteur du défi, nous éblouissant par moment de gerbes sonores mais parvenant surtout, en creux du feu d’artifice(s) Lisztien, à garder le sens et la ductilité de l’œuvre. De beaux instants partagés par un public chaleureux, en nombre, et pourtant d’une qualité d’écoute exceptionnelle…

AGNÈS FRESCHEL

Ce concert a eu lieu à La Roque d’Anthéron le 24 juillet


Abbaye de Silvacane
Route Départementale 561
13640 La Roque-d’Anthéron
04 42 50 41 69
http://www.abbaye-silvacane.com/