Jan Heiting, Ad Fontes Canticorum et Catherine Sparta pour un Honegger en majesté à l’abbaye de Silvacane

Silvacane royale !Vu par Zibeline

Jan Heiting, Ad Fontes Canticorum et Catherine Sparta pour un Honegger en majesté à l’abbaye de Silvacane - Zibeline

Les pipistrelles mélomanes de l’abbaye de Silvacane, effectuent quelques vols avant de s’installer sagement à l’instar du public venu nombreux pour écouter un bijou peu joué dans la région, Le Roi David d’Arthur Honegger, dans sa version d’oratorio ; partition brillante, pour chœur et orchestre, servie avec une virtuose sensibilité par des membres de l’Orchestre de Chambre de Marseille et l’Ensemble vocal Ad fontes canticorum et ses solistes. On ne dira jamais assez la qualité de cet ensemble à géométrie variable, composé de solistes aux timbres affirmés, apportant chacune une couleur particulière, du velouté suave aux variations métalliques… si bien que le groupe sonne non seulement avec une irréprochable justesse, mais s’irise d’une riche palette. L’enthousiasme éclairé de Jan Heiting, à la direction délicate du chœur et de l’orchestre, pousse par son inépuisable fougue les musiciens à se dépasser. L’interprétation est habitée, laisse percevoir les plus subtiles nuances, joue des multiples sens ; ainsi lorsque la joie consacre l’ascension du jeune berger David au statut de roi, les arpèges descendants de l’orchestre présagent déjà sa chute… La comédienne Catherine Sparta, récitante, Pythonisse, tragédienne, raconte, s’émerveille, module, crie, part au fond de l’édifice, devient écho, contrepoint tragique, prophétesse hallucinée, ramène le calme et l’espérance. « Peu importe le texte et sa dimension spirituelle » sourit Jan Heiting lorsqu’on lui demande les raisons de son choix. « Quand j’ai entendu Le Roi David la première fois, je ne parlais pas encore le français, c’est la beauté de la musique et de la langue qui m’a fasciné, et j’ai toujours eu envie de diriger cette œuvre ». Tout ceci, grâce à la complicité du directeur artistique du Festival Durance Luberon, Jean-François Héron, qui souhaite offrir à son public des pièces d’exception. L’auditoire est transporté. Il est juste à regretter qu’un spectacle d’une telle tenue ne soit donné qu’une fois !

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2016

Le Roi David a été joué le 19 août en l’abbaye de Silvacane dans le cadre du Festival Durance Luberon
Photographie © Maryvonne Colombani