Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Musiques d’aujourd’hui à Saint-Victor

Signatures contemporaines

Musiques d’aujourd’hui à Saint-Victor - Zibeline

Une fois n’est pas coutume, c’est à un concert de musiques d’aujourd’hui qu’on s’est rendu : un programme proposé par Les Amis de Saint-Victor autour des trois compositeurs marseillais Lionel Ginoux, Régis Campo et Nicolas Mazmanian. C’est dans la crypte souterraine de l’abbaye marseillaise que s’est massé le public, autour des artistes, tels d’antiques fidèles… Dès lors, une alchimie s’est produite : les vieilles pierres, riches d’un passé millénaire, sont entrées en résonance avec les harmonies d’aujourd’hui. Il faut dire aussi qu’on avait invité une musicienne exceptionnelle ! Emmanuelle Bertrand, rayonnante, a porté le concert vers des sommets artistiques et émotionnels rares. Dès ses premiers murmures au violoncelle (Après un rêve de Fauré, seul opus « classique » à l’affiche), secondée par Nora Lamoureux à la harpe, la barre a été placée haut… elle n’est pas retombée ! Omniprésente, Emmanuelle Bertrand a défendu en solo et avec une grande générosité de jeu, les partitions de Pascal Amoyel (Itinérance, 2003) comme le vibrant hommage à Henri Dutilleux signé Régis Campo (To be alive in power, 2016). C’est aussi l’ensemble vocal féminin Hymnis (dirigé avec talent par Bénédicte Pereira) qu’on a entendu dans les Cinq rondels de Charles d’Orléans (1998) de Jean-Michel Damase. L’équilibre des voix, la justesse de ton, l’engagement artistique font de cet ensemble vocal un des fers de lance de la musique chorale dans la région. Et c’est en compagnie de ces dix voix-là qu’on a pu découvrir deux œuvres inédites. War is kind (2017) confirme (si besoin est !) qu’on possède dans la région l’un des compositeurs français les plus talentueux de sa génération : Lionel Ginoux. Dans ses opéras (Médée Kali ou Wanda, voir Zib’ 117), ses cycles de mélodies, le jeune créateur puise dans des sources poétiques pointues une matière sémantique qui laisse libre cours à une imagination toute personnelle. Il développe une matière sonore, une langue et un lyrisme qui fondent une véritable signature. Dans une autre mesure, plus traditionnelle du point de vue formel et harmonique, Nicolas Mazmanian possède un style propre : ses Cinq miniatures (2017) oscillent entre les musiques du monde (l’Arménie de Komitas) et des arrangements jazzy qui rendent sa partition immédiatement accessible.

JACQUES FRESCHEL
Mai 2018

Le concert Trois compositeurs à cœur ouvert a été donné à Marseille dans l’Abbaye de Saint-Victor le 12 avril.

Photographie : (Saint Victor) Lionel Ginoux & Emmanuelle Bertrand © Amis de Saint-Victor


Abbaye de Saint-Victor
3 Rue Abbaye
13007 Marseille
04 96 11 22 60
http://www.saintvictor.net/