Si je veux siffler, je siffle de Florin Serban projeté au cinéma Les variétés dans la" Nouvelle vague roumaine"

Siffler…Vu par Zibeline

• 28 janvier 2015 •
Si je veux siffler, je siffle de Florin Serban projeté au cinéma Les variétés dans la

Il ne reste à Silviu qu’une quinzaine de jours à passer dans la maison de redressement où il purge, depuis quatre ans, une peine pour un délit qu’on ignore mais qu’on devine : une adolescence dure avec un père à l’hôpital et une mère qui les a quittés pour aller travailler en Italie, depuis huit ans, ne permet pas l’épanouissement! Il endure menaces, humiliations, supporte la promiscuité de ce milieu carcéral que filme sans concession Florin Serban dans son premier long métrage, Si je veux siffler, je siffle, adapté de la pièce d’Andreaa Valean, Eu cand vreau sa fluier, fluier.

Quand Silviu reçoit la visite de son petit frère, Marius, qui lui apprend que leur mère est de retour et veut l’emmener avec elle en Italie, tout bascule. Il veut à tout prix empêcher son départ, refusant qu’elle gâche la vie de Marius comme elle a détruit la sienne. Il obtient que sa mère lui rende visite au parloir et la confrontation est terrible. A partir de cette rencontre, Silviu n’est plus le « bon garçon » qu’il a été jusque là dans la prison. La caméra portée de Marius Panduru ne le lâche pas, rendant perceptible la tension grandissante de ce jeune rempli d’angoisse, de violence et de haine. Quand il découvre que la jeune assistante sociale stagiaire, Ana, (Ada Condeescu) qui avait conduit l’entretien avant sa sortie et dont il est tombé amoureux, a confié son dossier à un autre, Silviu «  pète les plombs »

Le jeune acteur George Pistireanu qui incarne Silviu, plein de violence contenue, de soumission, est quasiment de tous les plans ; filmé souvent de près, caméra collée à sa nuque, à la manière des Frères Dardenne dans Rosetta ; il est superbe, tout en nuances jusqu’à la fin qu’on ne vous dévoilera pas.

Bravo à Cinépage de nous avoir permis de découvrir ce film coup de poing, à la mise en scène très maitrisée, Ours d’argent et Prix Du Jury à la Berlinale 2010 qui, hélas a été  peu diffusé en France.

Annie GAVA

Janvier 2015

 Crédit : Strada Films

Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes

Association Cinepage
6 boulevard de la Blancarde
13004 Marseille
04 91 85 07 17
http://www.cinepage.com/