El Edén, vision d'un Mexique voué à la violence, par Eduardo Antonio Parra aux éditions Zulma

Si longues sont les nuitsLu par Zibeline

El Edén, vision d'un Mexique voué à la violence, par Eduardo Antonio Parra aux éditions Zulma - Zibeline

El Edén, c’est le nom d’une ville frontalière au nord du Mexique. Plus vraiment le paradis depuis que les narcotrafiquants s’y livrent à d’incessantes et ultra violentes guérillas. Un soir tout y a dégénéré et la plus interminable des nuits a commencé pour Dario, parti à la recherche de son petit frère dans le dédale des rues incendiées et le fracas des tirs. Pour son professeur de littérature aussi, cette nuit-là a été la plus longue. Une nuit qui les hante et dont le roman d’Eduardo Antonio Parra dévoile peu à peu les horreurs dans une construction brillante, labyrinthique (le titre original de l’ouvrage est d’ailleurs Laberinto) comme peuvent l’être les souvenirs traumatiques ou les cauchemars.

Le récit croisé de cette nuit infernale, Dario et son ancien professeur – le narrateur – le font des années plus tard, dans un bar de Monterrey où ils se sont retrouvés, tous deux exilés, tous deux venus chercher l’oubli, l’un dans la bière, l’autre dans le rhum. Vieilli avant l’âge, Dario raconte, à flots intermittents, cette nuit où tout a basculé. Et tandis qu’il se perd dans le silence de ses souvenirs, ceux du narrateur affluent. Un chassé-croisé d’images et de scènes terrifiantes, que les retours à la réalité sordide du bar, avec ses clients avachis sur leurs sièges, sa serveuse repoussante et son atmosphère visqueuse, rendent encore plus glaçant.

Et cela dure ainsi jusqu’au bout de la nuit. Une nuit d’ivresse et de mots, comme une implacable chambre d’échos. Car oublier semble impossible. Parra offre ici la vision plus que désenchantée d’un Mexique voué à la violence, aux désillusions. Et à travers le portrait de ces deux hommes « vaincus par l’alcool, par la nuit. Vaincus par la vie », c’est l’histoire de tous les Mexicains ordinaires qu’il retrace : condamnés à l’exil et à la solitude, dépossédés de leurs biens, que pourraient-ils faire d’autre que d’aller, vaille que vaille, jusqu’au bout de leurs nuits ?

FRED ROBERT
Mai 2021

El Edén
Eduardo Antonio Parra
Éditions Zulma 21,80 €