Extraits du Final Showing du laboratoire européen TryAngle

Se donner le temps du théâtre

• 24 novembre 2013 •
Extraits du Final Showing du laboratoire européen TryAngle - Zibeline

L’opération TryAngle a commis son Final Showing. Avec neuf propositions en trois jours, mais aussi une rencontre qui éclairait sur les enjeux de ce laboratoire européen. Quelques extraits, qui explicitent la quête d’un autre temps de production au théâtre

Pierre Judet de la Combe
Le théâtre aujourd’hui travaille par projet, par contrats, les institutions demandent de prévoir les retombées avant de faire, ce qui est absurde. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas de retombées, mais qu’il est absurde de demander aux artistes de les prévoir avant… La théâtralité, c’est un moment où un désordre se crée, une cassure, un dérapage dans le temps. Quelque chose bascule, et rétablit un autre équilibre. C’est porté par une présence, une voix, c’est un suspens, une chute, qui crée un état nouveau.

Michel Cerda
Une des raisons qui m’avait intéressé dans le projet TryAngle, c’est qu’on me demandait de venir sans projet. Si on n’arrête pas d’agir et de fabriquer des choses, on ne va jamais se demander pourquoi on fabrique des choses. Comment faire autrement ? On a choisi cette fois de sortir des théâtres, changer d’espace, parler de comment faire un spectacle… Comment changer nos outils dans un monde qui change sans cesse ?

Marie-Josée Malis
Il faut exercer un frein contre la locomotive qui se met en route dès que l’on est sur une scène. Le théâtre vient très vite, on prend très vite les habitudes du vieux théâtre, et nous on veut créer une nouvelle joie de vivre avec un nouveau théâtre. TryAngle crée un nouvel espace où, au ras des conditions premières de notre pratique, on peut se calmer sur la question du contenu, du spectaculaire, pour expérimenter autre chose. Sans la sobriété, on risque de rater la petite porte entrouverte à une réflexion sur le médium. Or le théâtre n’est pas là pour conforter le vieux monde.
Mais cette question est obscurcie par le fait que du nouveau, en ce moment, on nous en vend tout le temps. La question du vrai nouveau reste posée : la seule manière d’échapper à la nouveauté hystérique, répétée, est de nous exercer dans une discipline. Pour trouver une nouveauté qui cherche une joie de vivre. Avec des méthodes, de la connaissance, du travail, pas avec l’attente de la grâce.

François-Michel Pesenti
Pourquoi quand je répète je me dis ça c’est bon, et je le garde, et ça c’est pas bon ? Le spectacle est une peau collective qui à un moment se met à vibrer, et qui dissout le temps, qui fait qu’on ne le sent plus. D’où l’importance du temps de répétition. Parfois avoir des temps très courts de répétition, trois semaines pour monter un spectacle, oblige à l’invention, parce qu’il oblige à sauver sa peau pour fabriquer des dramaturgies sauvages. Parfois, dans les institutions, on a trop de temps, on va au-delà du point où le théâtre est là.

AGNÈS FRESCHEL

Décembre 2013

Vous pouvez écouter de larges extraits de la rencontre du 24 novembre sur Webradio Zibeline ici

Photo (montage) : TryAngle, Jour 4 et Jour 5 © TryAngle Marseille

 

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/