L'épave Arles-Rhône 3 exposée au Musée Archéologique d’Arles depuis le 5 octobre

Sauvé des eauxVu par Zibeline

• 5 octobre 2013 •
L'épave Arles-Rhône 3 exposée au Musée Archéologique d’Arles depuis le 5 octobre - Zibeline

Exceptionnelle à plus d’un titre l’extension nouvelle du Musée Archéologique d’Arles a ouvert ses portes au grand public le 5 octobre. Y est exposée la fameuse épave Arles-Rhône 3, dont les étapes de découverte ont rythmé ces dernières années. Aventure aussi bien scientifique et technique qu’humaine, dont les grands moments sont rapportés par le film projeté en boucle dans un renfoncement de la nouvelle aile du musée. C’est une véritable course contre la montre qui est ainsi présentée, les impératifs de calendrier liés à MP13, aux conditions climatiques, aux caprices du fleuve, au parcours obligé des pièces avec la durée incompressible du traitement des bois… tout est à flux tendu dans une dramatisation digne des meilleures œuvres de suspens ! «C’était un pari insensé» souligne Claude Sintès,  conservateur du musée bleu. Jamais on n’aurait pu penser réussir un tel exploit en si peu de temps : trois ans pour un travail qui dans des conditions classiques en aurait pris trente ! Et surtout, il s’agit d’une première mondiale dans ce type de travail. «Il n’y avait pas de modèle de référence» rappelle-t-il. Divers secteurs de compétences ont dû apprendre à travailler ensemble, des équipes de plongée à celles de l’atelier de conservation Arc-Nucléart. Les 10 tonnes de bois gorgé d’eau ont nécessité trente cycles de lyophilisation pour sécher ! Le bateau lui-même, long de 31 mètres, est unique par son remarquable état de conservation, il dispose encore de son mât de hallage ainsi que sa pelle de gouverne ou les aménagements internes ! Sans doute, les pierres du chargement ont permis à l’embarcation de se sceller rapidement au limon du fleuve, ce qui l’a protégée pendant 2000 ans ! Une belle mise en situation permet de voir le bateau comme s’il était encore à quai. Autour, les thèmes de la navigation, du commerce fluvio-maritime, des métiers du port, sont traités avec des pièces choisies parmi les milliers de vestiges arrachés au fleuve (900 m3 de sédiments fouillés)… poteries, amphores comportant un corpus épigraphique unique, fragments de statues, jusqu’à la pièce votive du navire. Le tout dans un environnement climatisé digne des Beaux-Arts ! Enfin, les humbles qui travaillaient apparaissent dans un musée avec leurs outils, comme ce chiffon rempli de cailloux pour passer la poix qui calfeutre la coque… Que de témoignages précieux mis en évidence ici. L’archéologie reste une fantastique aventure !

MARYVONNE COLOMBANI

Octobre 2013

La barge du Rhône sera l’objet d’un reportage sur l’émission Des racines et des ailes le 6 novembre

Exposition permanente
Musée Archéologique d’Arles
04 13 31 51 03
www.arles-antique.cg13.fr

Photo : Epave Arles-Rhône 3, Musée archéologique d’Arles © M.C

Musée Départemental Arles Antique
Avenue 1e-Division-France-Libre
Presqu’île du Cirque Romain
13200 Arles
04 13 31 51 03
http://www.arles-antique.cg13.fr/