Patakès général de Philippe Poncet à la Friche

Sans mot direVu par Zibeline

Définir le terme populaire patakès est comme se lancer dans le vide. C’est parler en faisant une liaison vicieuse ou faire une faute grossière de langage ou en faire toute une histoire pour des choses sans importance ou s’énerver pour de petites choses. L’exact contraire de Patakès général, cortège de photographies silencieuses et rigoureuses de Philippe Poncet qui forcent l’admiration. Dans une exposition à la Salle des machines à La Friche la belle de Mai, son éditeur Olivier Gadet rend hommage à « l’ami trop tôt disparu » avec lequel il [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous