Les Éditions de Minuit publient "Vie de Gérard Fulmard", par Jean Echenoz

Rue Erlanger… Prédestinée ?

Les Éditions de Minuit publient

Dans le genre bras cassé, Gérard Fulmard est l’anti héros rêvé : un passé des plus douteux où une de ses « grosses boulettes » lui vaut une interdiction de vol – quand on est steward, c’est plutôt fâcheux – et une obligation de soins psychiatriques. Un présent guère plus crédible où il s’improvise détective : dixit « Cabinet Fulmard assistance Renseignements, Litiges et Recouvrements, promptitude et discrétion ». Sa petite entreprise le conduit insidieusement dans les méandres d’une organisation politique mineure – non sans rappeler un certain parti d’extrême droite : la Fédération Populaire Indépendante. Pris dans le tourbillon des guéguerres intestines, il devient homme de main manipulé et plutôt… piteux.

Dans le dernier roman de Jean Echenoz, on est pris dans l’ivresse du verbe, des détournements ubuesques, des fausses pistes narratives et du rythme haletant. Une intrigue en chasse une autre et les personnages foisonnent, multipliant les points de vue. Les scènes déjantées se succèdent dans une atmosphère et un style punks « façon Manchette ». Fragment de satellite soviétique projeté sur un centre commercial, fausse scène de crime, faux enlèvement, meurtre commandité et… rue propice aux faits divers : la rue Erlanger dans le XVIe arrondissement de Paris, tristement célèbre pour le suicide de Mike Brant en 1975 et le « Japonais cannibale » de 1981. Même si, à force d’être dérouté, l’on reste parfois sur sa faim, on se réjouit volontiers de ce guet-apens littéraire élégant et désinvolte. Dans ce polar, pseudo roman d’espionnage, le personnage central est finalement le style : familier, élaboré et cinématographique. 

MARION CORDIER
Janvier 2020

Vie de Gérard Fulmard
Jean Echenoz
Les Éditions de Minuit, 18,50 €