Julien Brocal enfin en Provence pour un unique concert, séduit le théâtre d'Aix.

RomantiqueVu par Zibeline

• 12 décembre 2014 •
Julien Brocal enfin en Provence pour un unique concert, séduit le théâtre d'Aix. - Zibeline

Il est des artistes dont on aime à rappeler que l’on a assisté à leurs débuts… déjà, on en pressentait le caractère exceptionnel. Indubitablement, Julien Brocal appartient à ceux-là. Depuis 2011, (festival Autour des claviers,), le jeune pianiste qui a fait ses classes au Conservatoire National de Région de Marseille, classe d’Erik Berchot, et à l’École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot, est repéré en 2013 par Maria-Joao Pires qui le prend sous son aile : résidence à la chapelle Musicale Reine Élisabeth en Belgique, participation au tout neuf Projet Partitura (2014), (de grands interprètes partagent les scènes internationales avec les jeunes musiciens. dans une optique de transmission, non seulement d’un savoir-faire, mais de « valeurs humanistes »). C’est avec bonheur que l’on a pu l’entendre interpréter des pièces de Beethoven, Haydn et Chopin dans la salle du Théâtre d’Aix (dont l’acoustique se révèle plus que convenable pour un concert !). Le programme riche nous conviait à entendre la Sonate des adieux op.81 de Beethoven, dont les trois premières notes descendantes, sous-titrées Lebewohl (adieux), imposent le motif rythmique du thème principal. Délicatesse, légèreté, jusque dans la joie du retour évoquée par le troisième mouvement… Puis, voici Haydn, et sa Sonate Hob, XVI 37 en ré majeur, avec les airs sages et mutins des premières mesures, partition faussement simple, presque enfantine, pour devenir le lent fleuve majestueux du Largo. L’allégresse finale garde malgré ses envolées spirituelles l’ombre de ces interrogations poignantes. Enfin, le jeune et brillant interprète offre les 24 préludes opus 28 de Chopin, vingt-quatre bijoux, tous d’une tonalité différente. « Avec Chopin, on est à la maison ! » sourira-t-il après le concert. En effet, c’est avec une virtuosité sensible que le jeune concertiste se glisse dans l’univers du compositeur, ses élans, ses rêveries, ses doutes, ses joies. Du sur mesure ! Parmi les bis, une belle composition de Julien Brocal, lui-même, Souvenir. On ne peut que regretter d’avoir si peu le loisir d’entendre ce musicien subtil dans la région, alors que les concerts le mènent dans le monde entier.

MARYVONNE COLOMBANI

Décembre 2014

Le 12 décembre, Théâtre d’Aix, Aix-en-Provence

copyright: Julien Brocal