Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Rocio Molina, chorégraphe et dramaturge

Rocio, mère mouvementée

Rocio Molina, chorégraphe et dramaturge - Zibeline

Jusqu’où ira-t-elle ? Bousculant au fil des spectacles les codes du flamenco, Rocio Molina clôt à sa manière le débat futile entre pureté originelle et avant-garde. Avec Grito pelao, elle atteint une perméabilité qu’elle sait rendre naturelle, entre danse, chanson, musique, théâtre, arts visuel. Molina la chorégraphe dévoile Rocio la dramaturge.

Enceinte de sept mois après une insémination artificielle, elle n’est pas de ces danseuses qui se contenteraient d’une simple et attendue ode à la maternité. Si ce ventre rond et le fœtus qui l’habite, ainsi que la transformation physique d’une artiste dont le corps est le principal outil, sont bien au cœur du travail d’écriture chorégraphique, le propos va au-delà. En partageant le plateau avec sa propre mère, Lola Cruz, ancienne danseuse, l’extraordinaire chanteuse catalane Sílvia Pérez Cruz et, dans une certaine mesure, sa future progéniture dont elle annonce le sexe, Rocio Molina convoque trois générations de femmes engagées dans une démarche de création. Toutes trois mères aimantes, elles n’en sont pas moins femmes émancipées, maîtresses de leurs choix. Une liberté exaltée tout au long des mouvements et dans chaque tableau de cette traversée de 2 heures. En dansant avec et pour celle qui va naître, mais en dansant aussi intensément que son état en devient un détail, Molina parvient à désacraliser la maternité tout en sublimant le don de la vie, projetant sur écran une échographie en direct. Pour la scène finale, la danseuse se dénude et s’immerge dans un bassin d’eau, un baptême actant une renaissance.

LUDOVIC TOMAS
Octobre 2018

Grito pelao a été joué du 2 au 4 octobre, en ouverture de la saison du théâtre Bernadette Lafont, à Nîmes

Photo : Grito Pelao, Avignon -c- Christophe Raynaud De Lage

Impulso sur écran marseillais

Ebloui par la personnalité et le travail de la danseuse chorégraphe, le réalisateur espagnol Emilio Belmonte décide de suivre le processus de création d’Impulso, un précédent spectacle de Rocio Molina. Un film documentaire qui explore ce qui fait de cette Andalouse de 34 ans une danseuse hors norme, l’enfant terrible du flamenco moderne : la transgression systématique des règles, sa recherche permanente du point de rupture y compris avec son corps, et sa façon très personnelle de questionner la condition féminine au XXIe siècle.

À l’Alhambra, Marseille, jusqu’au 23 octobre

Photo : Grito Pelao, Avignon -c- Christophe Raynaud De Lage


Alhambra
2 rue du Cinéma
13016 Marseille
04 91 46 02 83
http://www.alhambracine.com/


Théâtre Bernadette Lafont
1 Place de la Calade
30000 Nîmes
04 66 36 65 00
theatredenimes.com