Marie-Eve Signeyrole offre à Rigoletto un étonnant tour de piste

Rire et châtimentVu par Zibeline

Marie-Eve Signeyrole offre à Rigoletto un étonnant tour de piste - Zibeline

Le parti-pris de la metteuse en scène est enthousiasmant. Faire du bouffon Rigoletto un avatar moderne du stand-up, et le replacer au centre des déploiements scéniques allait presque de soi. Face à un Gëzim Myshketa assez prodigieux dans le rôle-titre, à l’ambitus aussi vaste que son jeu d’acteur, l’excellent Chœur de l’Opéra national de Montpellier Occitanie incarnera le public véhément et capricieux de cet humoriste. Lequel narre sa vie, qui se résume ici à une sombre histoire de meurtres et de remords, sous forme de flashbacks chantés en playback. En fond de scène, les impressionnantes voix de Julia Muzychenko –formidable Gilda– ou encore de Luiz-Ottavio Faria en Sparafucile accompagnent ce récit et en redessinent les contours : c’est ainsi Rigoletto qui semble avoir tué sa fille, ainsi que sa femme, pour la punir de son idylle avec le duc, devenu ici son agent. Fort de la splendide scénographie de Fabien Teigné, faite de jeux de transparences et de textures, et de la chorégraphie inspirée de Johanna Faye, explorant savamment le thème du double, le spectacle tient esthétiquement la route. Peu importe donc que la lisibilité de l’intrigue et la cohérence du livret se voient sérieusement mises à mal. Ou encore que la réduction au silence des personnages féminins transforme la pourtant loquace Gilda en spectre masqué, lorsque l’impeccable duc de Mantoue, Rame Lahaj, aux aigus aussi acérés que ses dents se sont longues, viendra davantage rogner l’espace scénique. Car le tout fonctionne ici non pas grâce à la consistance des rebondissements ni au texte, mais à la force des images produites. D’autant que celles-ci bénéficient, en fosse, d’une éloquence rare : sous la direction irréprochable de Roderick Cox, l’orchestre se déploie avec une générosité et une efficacité rares.

SUZANNE CANESSA
Octobre 2021

Rigoletto a été joué les 29 septembre, 1er & 3 octobre au Corum de Montpellier

Photo : Gëzim Myshketa © Marc Ginot

Opéra Orchestre National de Montpellier
11 boulevard Victor Hugo
34400 Montpellier
04 67 601 999
opera-orchestre-montpellier.fr