Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Tu ne tueras point, appel salutaire à l’insoumission par Edna O’Brien

Rien n’est secret, tout se sait

Tu ne tueras point, appel salutaire à l’insoumission par Edna O’Brien - Zibeline

Si vous cherchez une lecture estivale légère, Tu ne tueras point n’est pas pour vous. Trop plombant. Pourtant cet ouvrage de la grande romancière irlandaise Edna O’Brien, publié en 1998 et tout récemment réédité par Sabine Wespieser, devrait être lu par tous ceux, toutes celles auxquels les combats pour l’émancipation des femmes importent. Car, en dépit de toutes les violences qu’il charrie, ce roman raconte une libération. Le récit s’ouvre sur une scène de viol. Celui de Mary (par son père, alors qu’elle n’a pas treize ans). Il se clôt sur une voix qui s’élève et qui chante. Celle de Mary. Entre les deux, des années de violence subie, de mutisme…jusqu’aux premiers signes d’une grossesse évidemment non désirée. Alors, à l’inceste s’ajoute la pression d’associations catholiques ultra conservatrices, qui entendent bien que l’adolescente garde l’enfant. Pour Mary c’est la double peine. Et la peur, et la honte. Longtemps elle gardera le silence sur l’identité du père. Mais le calvaire prendra fin, après que le pays tout entier se sera intéressé à l’affaire. Une histoire forte, de résistance, de courage et de retour à la vie. Qu’Edna O’Brien restitue dans son implacable brutalité. Ni pathos, ni faux semblants. Les choses sont dites (ou pas, certaines ellipses sont plus éloquentes que les mots), dans une langue concrète, à fleur de sensations – bravo à Pierre-Emmanuel Dauzat pour la traduction-, qui convie la nature et les objets les plus familiers à suggérer l’indicible, à rendre palpables les tourments de la jeune fille, sa terreur, « pas du tout celle d’une petite fille, mais d’un animal, d’un animal ouvrant de grands yeux depuis le nœud coulant d’un piège de fer. » Car si l’action se situe dans une époque pas si lointaine, l’Irlande y est encore très rurale, très villageoise. L’église et le voisinage pèsent de tout leur poids, protégeant les abuseurs, culpabilisant les femmes, même lorsque le secret n’en est plus un pour personne. Un récit vibrant. Un appel salutaire à l’insoumission de toutes celles qu’on tente de bâillonner.
FRED ROBERT
Juillet 2018
Tu ne tueras point Edna O’Brien
éditions Sabine Wespieser 23 €