Vu par Zibeline

Thomas Jolly livre un Richard III pétri d’inspirations cinématographiques

Richard III, la tragédie barock de Thomas Jolly

Thomas Jolly livre un Richard III pétri d’inspirations cinématographiques - Zibeline

À grands coups d’effets lasers, d’esthétique gothique et de visages blafards, Thomas Jolly met un point final à son exploration shakespearienne dans un Richard III pétri d’inspirations cinématographiques. La famille Adams pour les décors et les costumes, le joker maléfique de Batman pour le perfide Richard III qu’il incarne de manière époustouflante, bossu, claudiquant, mains d’argent faites pour tuer. Et voilà Tim Burton ! Depuis l’interprétation magistrale d’Ariel Garcia Valdès dans la mise en scène de Georges Lavaudant, on croyait ne plus jamais ressentir un tel choc ! Mais le jeune Thomas Jolly* a l’intelligence du texte en bouche et le sens du théâtre visuel : la traduction de Jean-Michel Déprats réveille une myriade d’images dans le black out du plateau où une horde de croque-morts -les familles York et Lancastre- se hait, se trahit, s’entretue, fomente, s’affronte dans des joutes paroxystiques. Dans cette nuit perpétuelle, entre conjurations et prophéties, Richard III « le chien venimeux » taille sa route qui le mènera au trône et à la folie. La cour des hommes est vile, assoiffée de vengeance, et sa noirceur s’abat sur chaque scène, chaque dialogue, chaque vidéo (Jolly n’abuse pas de ces virgules dans le passé). Seul répit dans cette fresque démoniaque, le sacre de Richard III en super star avec show lumières et mégawatt, séduisante parenthèse mais pas franchement nécessaire…Thomas Jolly est un chef d’orchestre admirable qui privilégie le plus souvent l’adresse au public, même dans les dialogues, doublé d’un comédien hors pair, d’un fin stratège de la fabrique théâtrale (décor mouvant, portraits de famille monumentaux en rideaux de scène) et d’un meneur d’hommes. Sa troupe fait bloc autour de lui, le sert à merveille tout en trouvant sa juste place.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2016

* Né en 1982 à Rouen, Thomas Jolly est artiste associé au Théâtre National de Bretagne-Rennes jusqu’en juillet 2016.

Richard III a été joué le 31 mars et le 1er avril au Théâtre Liberté, Toulon

Photo : Richard III © Nicolas Joubard


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr