Le petit garçon qui avait envie d’espace, conte musical de Benoît Menut sur un texte de Jean Giono

Rêver en compagnie de GionoVu par Zibeline

Le petit garçon qui avait envie d’espace, conte musical de Benoît Menut sur un texte de Jean Giono - Zibeline

Ce sont les mots d’Odysséas Elytis, « Là où la montagne dépasse du mot qui la désigne se trouve un poète », qui ouvre le disque ainsi que la feuille de salle du spectacle concocté grâce à une commande 2017 de l’Espace Culturel de Chaillol, (scène conventionnée Art en territoire des Hautes-Alpes), passée au compositeur Benoît Menut (lauréat, entre autres, du Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique). Un texte, le seul, sans doute, écrit par Jean Giono pour les enfants, (commandé par un fabriquant de chocolat suisse) Le petit garçon qui avait envie d’espace (parut en 1949), sert de propos à l’œuvre musicale qui l’enchâsse en un écrin imagé, et lui offre de lyriques et subtils contrepoints.

Le récit retrace les promenades d’un père et son fils dans le paysage de bocage qui pourrait être celui du Champsaur (lieu d’attache de l’Espace Culturel de Chaillol). Le regard ne peut s’évader, enserré dans les tracés des sentiers bordés de hautes haies, certes, odorantes et belles, mais qui limitent l’espace. Monter à un arbre ne suffira pas à étendre la vue, pas plus que les moulins, et c’est dans son sommeil que l’enfant s’envole et découvre de somptueuses immensités. La force de la pensée libère, et la poésie ouvre toutes les portes… La partition de Benoît Menut, à l’instar de la langue riche et précise du poète, offre avec une délicate finesse une succession de tableautins, travaillés comme de précieuses enluminures. Le paysage devient émotion, l’émotion, paysage. Pas de redite entre les mots et les notes, chacun prend son élan, suit sa voie onirique, dessine des espaces baignés de lumière. La légèreté s’ancre dans la poésie de la terre, nécessaire appui de l’envol tandis que la tendresse de la mère permet la plongée sereine dans les songes. Le piano de Michaël Dian s’empare de cette toile sonore en un jeu délié et nous invite à la suite du « petit garçon », fait chanter les oiseaux en une luxuriante esquisse, alors que la récitante, Cécile Brochoire, rend avec une espiègle élégance les mouvements des personnages, module les voix, laisse aux mots leur épaisseur de sens, pressent les secrets, dévoile les éblouissements nouveaux… Magie aérienne et dense des mystères.

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2020

Concert donné lors de la journée dédiée au jeune public (7 février) salle Musicatreize, Marseille, à l’occasion de la parution du CD

Le petit garçon qui avait envie d’espace, conte musical de Benoît Menut sur un texte de Jean Giono, (Cécile Brochoire, récitante, Michaël Dian, piano), SEM003 Semaisons, collection Festival de Chaillol.

Photographie © Alexandre Chevillard

Salle Musicatreize
53 Rue Grignan
13006 Marseille
04 91 00 91 31
musicatreize.org