Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Pavillon populaire de Montpellier expose les photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion

Retrouvailles au Pavillon

• 7 février 2018⇒15 avril 2018 •
Le Pavillon populaire de Montpellier expose les photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion - Zibeline

Deux jeunes françaises arrivent dans l’Est algérien, à la lisière du Sahara, dans la région des Aurès. Elles sont ethnologues. Dans la lignée des grandes missions menées au nom du futur Musée de l’Homme (il s’appelle encore musée d’ethnographie du Trocadéro), après Michel Leiris et Marcel Griaule en Afrique sub-saharienne (1931-33), puis Claude Lévi-Strauss en Amazonie (1934), Thérèse Rivière et Germaine Tillion pénètrent cette région berbère, où les quelques 60000 habitants conservent une relative indépendance vis-à-vis du gouvernement colonisateur. Seuls une vingtaine de français vivent dans les Aurès, dans cette partie de l’Algérie qu’on appelle « montagne rebelle ». 150 clichés, choisis parmi les milliers de documents qu’elles ont rapportés, constituent le premier volet des trois expositions consacrées au rapport entre Histoire et photographie par le Pavillon populaire (Montpellier) au long de l’année 2018.

Aurès, 1935 présente un double regard, exposé pour la première fois conjointement, celui de ces deux chercheuses aventurières de « terrain » parties avec carnets, caméras, appareils de photos, micros. Thérèse Rivière observait plus particulièrement les activités matérielles et l’économie domestique ; Germaine Tillion commençait sa réflexion sur les relations de parenté et de pouvoir. Les aléas de l’Histoire, justement, et de la vie, ont fait que ces matériaux recueillis n’avaient jamais été réunis. L’une s’est engagée dans la résistance et fut déportée : Germaine Tillion avait réussi à emporter ses notes d’Algérie à Ravensbrück, finalement perdues. L’autre s’est débattue avec une lourde pathologie psychiatrique, et après la présentation de son travail en 1943 au Musée de l’Homme, elle ne put continuer ses activités.

Christian Phéline, commissaire de l’exposition montpelliéraine (direction artistique Gilles Mora) fait donc dialoguer enfin ces deux visions, restituant ainsi l’approche ethnologique d’un monde « indigène » sur le point de disparaître, et l’enrichissement mutuel des esthétiques des deux photographes. Tillion investiguait son terrain à travers le cadre carré (6 x 6) du Rolleiflex. Rivière préférait le Leica (24 x 36). Ce détail géométrique n’est pas un détail artistique. Le mode de visée des deux appareils diffère également : regard vertical avec des temps de pause longs pour le Rolleiflex, et cadrage à hauteur d’œil, prises de vue en rafale avec celui de Rivière. L’une observe, l’autre s’implique et invite à la confrontation physique dans l’image. Tillion archive, Rivière propose une histoire chaque fois qu’elle déclenche l’obturateur. Les tirages présentés dans la grande salle du Pavillon, parfois regroupés par auteure, souvent mélangés, montrent à quel point tout est affaire de subjectivité, en sciences humaines comme en art. On reconnaît le langage et la sensibilité de chacune, dans un flou, un regard baissé, un hasard capturé (Rivière), dans une composition documentaire et centrée (Tillion). Les vies renaissent, les sourires, les quotidiens, les familles, les rues de villages, les chemins montagneux, tout s’exprime à nouveau, et l’Histoire s’impose. La vie triomphe aussi, souvent : lorsque les personnages, bord cadre, en mouvement, bousculent l’arrêt sur image. Lorsqu’on perçoit le plaisir de ces deux femmes à se photographier l’une l’autre. On remarque d’ailleurs que les mères et les filles sont plus déliées, plus libres dans leur posture et leur regard que les hommes, contraints, timides. Alors on comprend que les chercheuses ont trouvé : une rencontre a réellement eu lieu.

ANNA ZISMAN
Février 2018

Aurès, 1935
jusqu’au 15 avril
Pavillon Populaire, Montpellier

Photo : Une femme et ses enfants – Aurès 1935-1936 © Thérèse Rivière


Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier
04 67 66 13 46
montpellier.fr/506-les-expos-du-pavillon-populaire.htm