Marie Galante, une oeuvre rare donnée à La Criée, grâce à Musiques Interdites

Retours d’Histoire ?Vu par Zibeline

Marie Galante, une oeuvre rare donnée à La Criée, grâce à Musiques Interdites - Zibeline

« Entartete Musik » (Musiques dégénérées) ! Voilà comment le régime nazi labellisait les musiques composées, jouées par des juifs, communistes, noirs, avant-gardistes… Et c’est avec une insistance obstinée, louable, que le festival Musiques Interdites met en lumière, réhabilite, recrée, exhume des œuvres de ses musiciens-là, parfois tombés dans l’anonymat, ayant connu l’exil, pourchassés, déportés, assassinés… Parce qu’aujourd’hui, plus qu’hier, on doit se souvenir que lorsque les dictatures surviennent, c’est aux hommes de culture et de pensée, aux artistes en particuliers qu’elles s’attaquent… en tout premier.

Après le succès du Journal d’Anne Franck, l’équipe de Michel Pastore consolide son partenariat avec le Théâtre de La Criée. C’est Marie Galante ou l’Exil sans retour qu’on donne : une pièce de Jacques Deval, créée en 1934 sur la base de son roman, popularisée par une dizaine de parties de chants (dont le fameux « Grand Lustucru ») et d’orchestre signées Kurt Weill, du temps que l’auteur de l’Opéra de Quat’sous, fuyant l’Allemagne hitlérienne, était en exil à Paris.

L’œuvre est rare : son héroïne, Marie, est embarquée de force de Bordeaux vers Panama, connaît une vie misérable de prostituée, et espère un improbable retour vers une France idéalisée. C’est Irène Jacob, comédienne à la voix précieuse, qui narre sa destinée, quand les parties chantées sont portées avec conviction et héroïsme par Émilie Pictet, soprano diluant dans son lyrisme classique naturel quelque accent « cabaret ». Elle a la chance d’être accompagnée par un luxueux ensemble de musiciens, issus pour une large part de l’Orchestre Philharmonique de Marseille, dirigés par une figure du piano russe installée en Provence : Vladik Polionov. La mise en scène situe l’action dans son contexte historique au moyen de symboles « clichés » -extrait sonore d’un discours du Führer, images des jeux olympiques de 1936 à Berlin, blancs qui se griment en noir pour chanter du blues (les baryton et basse Jean-Christophe Maurice et Yves Bergé)– qui enrobent l’épopée d’une nécessaire gravité.

JACQUES FRESCHEL
Janvier 2017

Marie Galante a été créée les 23 et 24 novembre à la Criée, Marseille

Marie Galante © VDM

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/