Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Nouvelle ampleur pour le Jazz des 5 continents

Retour au Parc

• 18 juillet 2018⇒27 juillet 2018 •
Nouvelle ampleur pour le Jazz des 5 continents - Zibeline

Le Jazz des 5 continents a pris cette année une ampleur assumée, sortant de son territoire et de son genre. Retour sur une création, et rappel du programme de l’intense semaine à venir.

C’est la première fois que le Festival produit un concert, dont la musique est composée en résidence à la Fondation Camargo de Cassis, puis répétée et jouée en création mondiale en tournée sur le territoire, grâce au soutien de la métropole. Erik Truffaz a proposé une Voce de la Luna déconcertante, concertante, spirituelle, dans les églises et abbayes de Saint Victor à Marseille, Silvacane à La Roque d’Anthéron ou Martigues. Accompagné, ou plutôt la plupart du temps accompagnant un groupe vocal au répertoire médiéval sacré, il puisait dans différentes religions, juive, indienne, chrétienne, et parmi des chants méditerranéens profanes, pour retrouver la liberté d’un plain chant où les sons se cherchent et se fondent, planent, s’approchent, s’écoutent, pas si loin du principe élémentaire des groupes de jazz : il s’agit toujours d’un dialogue musical particulier, où les éléments d’un chœur sont chacun des solistes, des voix singulières, des timbres personnels, mais au service du chant commun, vers le chorus enrichi de chaque voix. Le jazz, enfant du chant sacré ? Célébrant la joie, l’amour, l’élévation, s’appuyant sur des basses continues, cette autre Voix, lunaire, comportait trois compositions originales et renouait avec la tradition des spirituals nés dans les églises, mais loin du continent et des rythmes américains, cherchant dans le grégorien, et dans le solo free, une autre voie éthérée…

Au programme

Après les premières soirées, gratuite le 18 juillet sur le parvis du stade Vélodrome (non non, la loi ne nous oblige pas à rajouter le nom de l’opérateur téléphonique), bondée le 19 et complète le 21 au théâtre Silvain (avec 2 femmes en chef de groupe), le Marseille Jazz fait une étape au Mucem pour 4 sessions exclusivement masculines mais néanmoins passionnantes.

L’an dernier la soirée avait été bouleversante. Celle-ci (21 juillet) commencera par un jeune quintet (masculin) avec un Awake aux inspirations folk et classique, suivi par le saxophone de Sylvain Rifflet en trio (masculin) accompagné par un quatuor à cordes classique (mixte), auquel succèdera le pianiste japonais Yoshichika Tarue en trio (masculin), puis Avishaï Cohen en quintet (masculin).

Au Parc Longchamp les soirées se composent d’au moins deux concerts

23 juillet : Henri Texier Sand Quintet puis Youn Sun Nah avec une carte blanche

24 juillet : le trompettiste Fred Wesley puis Kool & the Gang

25 juillet : Youssou NDour puis Somi

26 juillet Chick Korea puis The Roy Hargrove 5TET

27 juillet : One foot puis Jeff Mills/Émile Parisien qui jouent Coltrane, puis GoGo Penguin, puis Coco Henry & the Funk Apostles

Là encore, contrairement aux concerts qui ont tourné en juin et au début juillet, très peu de femmes, sauf au chant. Mais un jazz multiple, lyrique, en dialogue, rajeuni, créatif, étonnant, pour un festival qui change.

AGNES FRESCHEL
Juillet 2018

Photo : Eric Truffaz © David Girard 2018

Marseille Jazz des 5 continents
18 au 27 juillet
marseillejazz.com