Roman politique, récit d’apprentissage: "Leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu

Restituer un monde

Roman politique, récit d’apprentissage:

Telle est l’ambition de Nicolas Mathieu, lauréat du Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux. Élucider et fixer le monde comme il va, « faire tomber les masques » dans la lignée des grands écrivains réalistes, Flaubert, Céline, auquel le jeune romancier voue une admiration sans bornes, pour leur style, leur capacité de dévoilement. Son premier roman, Aux animaux la guerre (récemment adapté en série télévisée), avait pour toile de fond la crise de 2008, les fermetures d’usines, la « violence sociale qui débouche sur la violence tout court », car les effets des crises sont différents selon que l’on est « puissant ou misérable ». Avec Leurs enfants après eux, Mathieu aborde la question de la fatalité sociale. À nouveau, un titre qui en dit long ; un titre-citation, de l’Ancien Testament cette fois. Au travers de l’histoire d’Anthony, d’Hacine, de Steph et de tous les autres (car ils sont nombreux, les personnages de ce somptueux roman choral), dans la moiteur de quatre étés (1992, 1994, 1996, 1998), c’est tout un monde qui se déploie. Un monde en marge des grandes villes « mais qui parle pour toute la France » ; un univers où les milieux – résidentiel, pavillonnaire, ZUP – se frottent selon des circulations inattendues, où les mécanismes de domination s’installent, où tout se combine pour que les jeunes reproduisent le modèle de leurs pères. Mais où ils ont (grâce de la fiction ?) « leur carte à jouer et la jouent ». Nicolas Mathieu excelle à rendre les torpeurs adolescentes, la canicule qui colle à la peau et exacerbe les désirs naissants, les mots crus qui tentent de dissimuler les sentiments, les grands moments collectifs – un enterrement, un 14 juillet, une finale de Coupe du Monde. Et si l’on a constamment, à le lire, le sentiment d’un désastre imminent, d’une nostalgie éperdue, on sent constamment aussi la tendresse qu’il porte à tous ses personnages, même aux pires losers. Car ce monde qu’il décrit, et la bande-son qui le rythme tout du long, il les connaît bien. Roman politique, récit d’apprentissage, Leurs enfants après eux dit superbement « la grandeur des vies minuscules ».

FRED ROBERT
Janvier 2019

Nicolas Mathieu était invité le 19 décembre à la librairie Maupetit (Marseille).

Leurs enfants après eux Nicolas Mathieu

éditions Actes Sud 21,80 €

À lire également Aux animaux la guerre (Actes Noirs)