Artemio Benki signe avec Solo un ultime documentaire bouleversant

RenouerVu par Zibeline

• 30 juin 2021⇒7 juillet 2021 •
Artemio Benki signe avec Solo un ultime documentaire bouleversant - Zibeline

C’est lors d’une de ses visites à l’hôpital psychiatrique d’El Borda, à Buenos Aires, que le réalisateur Artemio Benki a fait la rencontre de Martín Perino. Musicien accompli, compositeur et virtuose, Martín se démarque alors quelque peu de ses camarades, qui le surnomment « El Maestro ». La délicatesse de son toucher se devine alors non pas sur un clavier de piano, mais sur une table en bois où les doigts déploient une partition tue. Il ne sera question, dans Solo, que de la transition de cette musique intérieure vers un instrument et surtout vers un public, quel qu’il soit. Les pianos de fortune -celui d’un restaurant, d’une réception- sont tour à tour apprivoisés par Martín, fébrile à l’idée de renouer avec une altérité à la fois chérie et redoutée. La pudeur de l’artiste va ici de pair avec le désir irrépressible de dire, en musique, ce que ni Martín, ni la caméra bienveillante d’Artemio Benki ne prendront jamais la peine de souligner. Les raisons de l’internement de Martín durant quatre ans ne sont jamais martelées, ni même énoncées autrement qu’au détour d’un euphémisme. Il suffit, ça et là, d’un vague dans le regard, d’un silence inattendu, pour en saisir la part indicible. Si le passé du pianiste apparaît alors en filigrane, c’est avant tout pour accompagner son retour au monde et non pas pour l’en soustraire de nouveau. Les prémices d’Enfermaria, la pièce alors en pleine écriture, se révèlent bouleversants. La renaissance de Martín aura malheureusement été le dernier prodige filmé par Artemio Benki, le réalisateur ayant été emporté par une longue maladie en 2020. Le cinéma a perdu avec lui un regard rare et précieux.

SUZANNE CANESSA
Juin 2021

Sortie le 30 juin
Artemio Benki, Solo, 1h25