Vu par Zibeline

Gégé et Jéjé, duo de clochards célestes et marseillais sur la scène du Quai du rire

Renier (Dieu) le père

Vérifier les jours off sur la période
Gégé et Jéjé, duo de clochards célestes et marseillais sur la scène du Quai du rire - Zibeline

Gégé, c’est Gérard, SDF qui n’hésite pas à partager ses clopes mais s’avérera intéressé. Et l’autre, Jéjé, se trimballe 2000 ans d’histoire christique et une grande colère…. Gilles Ascaride a écrit un duo comique d’une spiritualité marseillaise particulière, pas très lointaine de Jésus de Marseille de Serge Valletti, mais plus féroce contre Dieu et moins contre le populo du Vieux-Port.

Au-delà du contexte marseillais, Gégé et Jéjé s’inscrit dans la tradition du duo de clochards célestes qui a inspiré aussi bien le music-hall que Beckett, Kerouac et le cinéma burlesque : deux hommes (toujours des hommes), un gros un maigre (généralement), un colérique un débonnaire (toujours), se retrouvent suffisamment décrochés du réel social pour parler directement de Dieu. Sauf que là Dieu est un manipulateur qui a abandonné son fils. Bref, le problème régional de ces SDF marseillais est surtout spirituel, et la question posée est celle de la tradition provençale et de son christianisme.

Car ces choses qui nous trottent dans la tête, les Jésus d’argile, les rois mages et la pastorale, les O rèi de glo-o-o-ri sont profondément rancies. Ascaride chante le Minuit Chrétien et Jésus est né en Provence avec une férocité qui dit son refus de ces caricatures-là et met en place, mine de rien, une autre « identité » possible, marseillaise et française, loin du provençalisme réac mais luttant pourtant contre un centralisme qui impose ses canons esthétiques aux particularismes régionaux.

Gégé et Jéjé, dans cet entre-deux complexe, est inégal. Subtil quand des paroles liturgiques envahissent bizarrement les dialogues terre à terre des clodos, trop direct ensuite, et s’autorisant des blagues plus que limite (« Jésus/Je suce », si si, ou une allusion aux grecs qu’il ne faut pas avoir derrière soi…). Il est interprété par l’auteur, acteur convaincant et habile, et par Gérard Andréani, qui a une trogne et une voix mais est peu à l’aise sur l’espace trop étroit du Quai du Rire. Créé en 2018, il tourne dans de petites salles et mérite le détour, comme un objet étrange et atypique.

Agnès Freschel
Février 2019

Gégé et Jéjé a été joué au Quai du rire, Marseille, du 21 au 23 février

Photo : Gégé et Jéjé -c- X-D.R.