Critique: La magie musicale de Dominique A bientôt aux Passagers du Zinc
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La magie musicale de Dominique A bientôt aux Passagers du Zinc

Rendez-nous la beauté !

• 18 mai 2018 •
La magie musicale de Dominique A bientôt aux Passagers du Zinc - Zibeline

Dominique A, magicien du rythme, des mots, des arrangements étonnants, possède cette présence troublante sur scène : celle qui mélange humilité, chaleur humaine et grâce. Il innove cette année en sortant deux disques à quelques mois d’intervalle. Toute Latitude est sorti en mars, nous attendons La fragilité en octobre. Une tournée a commencé. À l’Espace Malraux de Six-Fours, l’auteur-compositeur a offert plus de deux heures trente de pur bonheur musical. Accompagné de quatre musiciens talentueux – deux batteurs, un bassiste et un multi-instrumentiste aux claviers analogiques entre autres, le chanteur livre en premier lieu les titres de son dernier opus, dont l’entraînant Cycle, le lancinant Aujourd’hui n’existe plus, le récit intimiste Corps de ferme à l’abandon. Certains morceaux manifestent un changement d’écriture et de rapport au monde : l’écopoétique s’entend dans Se décentrer. La composition revient au minimalisme des premiers albums, réinvestissant la joie de l’exploration rythmique. Le huit pistes et la Tanzbär (nouvelle boîte à rythme acquise par le chanteur) offrent des horizons sonores délicieux.

Dans la salle, le son est enveloppant et évoque un travail d’orfèvre. La chaleur s’élève peu à peu sur scène et se communique au public converti. Alternant atmosphère pop, électro et orchestration rock, le corps du chanteur dessine des gestes dansés, habités, décalés. Son univers se déploie dans sa variété et son électrique poésie. Car les compositions sont, comme toujours, inventives, et les paroles d’un lyrisme retenu  flirtant en équilibriste avec le mystère. Celui d’une voix délicate dans un corps qui semble contenir une violence défaite. Le dernier album est beau. Le concert en est avant tout le Reflet. La créativité du compositeur est impressionnante. Les dix-huit chansons composant ce dernier disque (en deux CD) seront complétées par l’album suivant. Cette prolixité s’incarne sur scène dans une générosité sans pareille. Après l’attentive découverte des nouveautés vient le temps des reprises d’anciens morceaux, revisités. Le plaisir est intact et renouvelé par des variations et des orchestrations modifiées. Le Courage des oiseaux, dans une version beat électro, Twenty-two Bar comme au bal, Eléor, plus belle que jamais, sont au rendez-vous, celui de la lumière et de la beauté, offertes sans compter.

Delphine Dieu
Mai 2018

Dominique A était en concert à l’Espace Malraux de Six-Fours le 27 avril. Il sera aux Passagers du Zinc à Avignon le 18 mai.

Photographie : dominique-a- © Jean-Baptiste Millot