Vu par Zibeline

Retour sur l'ouverture du festival Image de ville à Aix avant la Villa Méditerranée les 26 et 27 novembre

Rencontres sensibles

• 15 novembre 2013⇒17 novembre 2013, 26 novembre 2013⇒27 novembre 2013 •
Vérifier les jours off sur la période
Retour sur l'ouverture du festival Image de ville à Aix avant la Villa Méditerranée les 26 et 27 novembre - Zibeline

Pour sa onzième édition, le festival Image de ville a choisi le thème des villes méditerranéennes. Préséance pour la Capitale de la culture oblige, la programmation a commencé le 15 novembre à l’Institut de l’image par Marseille. En avant-première, restaurée et numérisée, L’heure exquise de René Allio, cinéaste mort en 1995, que rétrospectives et hommages tirent d’un relatif oubli. Le film a été présenté par l’invité d’honneur, Marcel Roncayolo, ami du réalisateur, comme lui Marseillais. L’éminent géographe pour lequel la cité phocéenne est «un animal de laboratoire» passionnant et le petit-fils d’émigré piémontais pour qui elle demeure le lieu sensible du roman familial, partagent une même perception et une même réticence aux clichés régionalistes. Le festival croisant les approches théoriques globalisantes et les visions particulières ne pouvait pas trouver meilleure introduction. L’échange entre spécialistes de l’urbain et cinéastes s’est poursuivi avec la présentation de la première correspondance filmée produite par Image de ville dans le cadre de MP13.
Le réalisateur algérien Mohammed Lakhdar Tati a adressé une lettre à un architecte. Il la lit immergé dans le bruit et le mouvement de la rue Didouche au centre d’Alger, que le cinéaste filme au plus près. Rue façonnée par les corps, l’Histoire et les histoires. Il a découvert, projetée dans la foulée, la réponse de Nicolas Michelin. Du haut d’une terrasse, une sarabande de Bach en fond sonore, l’urbaniste lui parle d’autres rues semblables à la rue Didouche, artères où bat le cœur des métropoles, vecteurs du vivre ensemble, creusets où tout se mélange mais dans le même temps, s’identifie. Rues à défendre contre les dérives de la sécurisation, de l’asepsie urbanistique, du danger de faire table rase et des inquiétants projets de restructuration du quartier algérois Belcourt.
La soirée inaugurale organisée dans le nouveau conservatoire aixois conçu par Kengo kuma, a proposé également une forme dialoguée, entre la partition du guitariste Alexandre Wimmer, seul sur scène, et le mélodrame de Jean Epstein, Cœur fidèle (1923) dans le rituel ciné-concert de l’ouverture du festival. Musique électro, à pulsation continue accompagnant non sans humour parfois ce mélo stéréotypé où il ne se passe pas grand chose selon le vœu d’Epstein, plus intéressé par l’expérimentation de nouvelles formes cinématographiques que par le scénario : gros plans, surimpressions, montage alterné. On y retrouve Marseille, le port, la digue du large comme on ne l’a jamais vue. Une belle proposition encore de ce festival qui crée année après année depuis dix ans, de nouvelles rencontres, sensibles.

ELISE PADOVANI

Novembre 2013

Le festival Image de ville s’est déroulé du 15 au 17 novembre à Aix-en-Provence et se poursuit les 26 et 27 à Marseille, à la Villa Méditerranée

Photo : Je veux voir de Khalil Joreige et Joana Hadjithomas © Patrick Swirc


Image de ville
Espace Forbin
1 place John Rewald
13100 Aix en Provence
04 42 63 45 09
http://www.imagedeville.org/


Institut de l’Image
8 Rue Allumettes
13090 Aix-en-Provence
04 42 26 81 82
http://www.institut-image.org/


Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille
04 95 09 42 52
http://www.villa-mediterranee.org/