Alto Braco, deuxième roman de Vanessa Bamberger : Douce et Annie retournent à Lacalm

Reines d’Aubrac

Vérifier les jours off sur la période
Alto Braco, deuxième roman de Vanessa Bamberger : Douce et Annie retournent à Lacalm - Zibeline

Sur la couverture, le médaillon de deux adolescentes. « Tout est déjà sur cette photo, dont la forme circulaire symbolise la relation exclusive des sœurs Rigal. Le sérieux d’Annie, sa gravité, sa constance, sa compréhension du danger extérieur. Le charme rebelle de Douce, sa désinvolture, sa fragilité. » Alto Braco, le deuxième roman de Vanessa Bamberger, rend un émouvant hommage à ces deux femmes, les deux « grands-mères » de Brune, la narratrice. Deux sœurs inséparables qui l’ont élevée dans l’appartement au-dessus du Catulle, le bistrot parisien qu’elles ont fait tourner des années durant, dures à la tâche et près de leurs sous. Pas de vacances, peu de sorties. Douce et Annie, dite Granita, ne sont même jamais retournées dans leur village natal du nord de l’Aveyron, dont le nom, Lacalm, a fini par devenir dans leur bouche une sorte d’insulte. L’histoire commence pourtant par un retour au pays : fin octobre, Douce vient de mourir ; elle a souhaité être enterrée là-bas. Brune et Granita ont donc organisé le transport du corps jusque sur ces terres d’Aubrac dont la jeune femme ne garde que de lointains souvenirs d’enfance (elle y allait, un temps, l’été, envoyée par ses grands-mères en vacances à la ferme). Ce voyage va être le premier d’une longue série d’allers-retours, et pas seulement en termes de déplacement dans l’espace. Au fil de cette histoire, dont les quatre parties composent un menu –mises en bouche, hors d’œuvre, viandes, entremets- car, comme le répète Granita, « tu es ce que tu manges », c’est à un voyage dans le temps que Brune est appelée. Un saut dans un passé trop longtemps tu, peu à peu révélé. Au hasard des rencontres. Au gré des confidences. Une histoire de famille donc. L’histoire d’une région aussi. Avec Brune, on arpente la lande sauvage de ce pays du bout du monde à l’implacable beauté, de cet « immense couvent à ciel ouvert ». Avec elle, on découvre les techniques d’élevage de ces vaches au « regard onyx souligné d’un trait noir ». Avec elle, on comprend combien il est difficile (mais si tentant) de trouver sa place dans cet âpre « haut lieu ».

FRED ROBERT
Janvier 2019

Alto Braco Vanessa Bamberger
éditions Liana Levi 19  €