Le premier roman de David Lopez : la chronique d’une jeunesse qui tient les murs

Regarder la vie passerLu par Zibeline

Le premier roman de David Lopez : la chronique d’une jeunesse qui tient les murs - Zibeline

Rouler des joints (et les fumer), faire des parties de Pablo (et perdre), s’entraîner en vue du prochain combat (sans y croire), donner clandestinement du plaisir à Wanda (sans en recevoir), ainsi pourrait se résumer l’existence de Jonas, le narrateur de Fief. Pas folichon…et pourtant. Le premier, et très prometteur, roman de David Lopez est la chronique d’une jeunesse qui tient les murs et le sait. Et le dit. Sans amertume. Juste un constat de « résignation, pas honteuse, mais clairvoyante ». S’il le voulait vraiment, Jonas pourrait devenir un bon boxeur. Il pourrait sortir avec Wanda. Sauf que non. Rien à faire. Jonas est le roi de l’esquive, le champion du « à quoi bon ? », le spectateur de sa vie qu’il raconte avec un détachement non dénué d’humour. Car n’est-ce pas cela qui importe au fond ? «  Juste être. Contrairement aux ronces je peux échapper au jardinier. A celui qui a une vision de ce à quoi je devrais ressembler pour être présentable. » Jonas et ses potes refusent d’être présentables. Depuis leur enfance dans des lotissements entre ville et campagne (« Chez nous, il y a trop de bitume pour qu’on soit de vrais campagnards, mais aussi trop de verdure pour qu’on soit de vraies cailleras. ») à l’orée des bois et en bord de mare, ils ont établi leur fief. Un domaine que les années semblent avoir rétréci, mais qui est à eux, comme le sont leur langue, leurs rituels (de fumette, de salutations…). L’écriture nerveuse de David Lopez, d’une oralité habilement travaillée, joliment décalée (dans l’humour, la poésie, la méditation philosophique, cela dépend), plonge très vite le lecteur dans cet univers à la fois désespérant et tellement drôle. Certaines scènes sont proprement d’anthologie : le résumé de Candide de Voltaire, la dictée d’extraits d’« un livre écrit par une femme qui s’appelle Céline je crois », les théories de Lahuiss pour séduire les filles et calculer leur « taux de putassium »… Et on prend vraiment plaisir à suivre les non-aventures de cette « bande de zoulous » qui passe sa vie à vouloir quitter son fief… sans le faire.

FRED ROBERT
Septembre 2017

Fief David Lopez
Éditions du Seuil, 17,50 €

Les Correspondances
20 au 24 septembre
Manosque
04 92 75 67 83 correspondances-manosque.org

Vous retrouverez notre sélection des livres de la rentrée dans le numéro 110 de Zibeline, en vente chez tous les marchands de journaux du Sud-Est.