Le FIMÉ, Festival international des musiques d’écran : : «Aujourd’hui, tout est permis !»

Re-créationVu par Zibeline

• 7 novembre 2014⇒15 novembre 2014 •
Le FIMÉ, Festival international des musiques d’écran : : «Aujourd’hui, tout est permis !» - Zibeline

Pour sa 10e édition, le FIMÉ s’est ouvert à une exploration tous azimuts en matière d’habillage sonore mais aussi de choix cinématographiques. Lors d’une deuxième soirée au Théâtre Denis, à Hyères, consacrée au cultissime 1er long-métrage de David Lynch, Eraserhead, c’est le tandem de musique électro Cercueil qui officiait au pied de l’écran devant ces images surréalistes, dans une relecture poético-bruitiste aux accents de pop planante qui creusait le tombeau du cauchemar de la bande originale et transformait le film en une sorte de récit onirique en apesanteur. Pour sa 4e soirée, c’était au tour d’Alfred Hitchcock de se faire habiller musicalement au cinéma Le Royal dans Blackmail. Cette production, commande de la Cinémathèque Française à Chloé, figure emblématique de la scène électronique, était réjouissante car on y retrouvait avec plaisir les éléments qui ont fait la réputation du cinéaste et notamment son souci permanent du détail dans les décors : la DJ a su se saisir du suspense inhérent aux images du film pour nous livrer une musique cinétique, hypnotique et haletante avec une belle forme en arche remplie de boucles aux accents parfois minimalistes. Une réussite totale à mettre au crédit d’un superbe travail sur la qualité du son mais aussi d’une prise de conscience aiguë de la dynamique de l’histoire. Dans une veine plus expérimentale, Rodolphe Burger investissait les hauteurs Hyéroises dans la Villa Noailles, deux soirées plus tard, pour un set musical explorant avec bonheur le mélange entre la musique ethnique et l’électro, accompagné de sa guitare électrique sur un docu-fiction rescapé de l’oubli signé du photographe et ethnologue américain E.S. Curtis, spécialiste des civilisations amérindiennes : In The Land of The Head Hunters. Ce curieux objet filmique qui mettait en scène une guerre entre tribus, à mi-chemin entre la parodie et la reconstitution fidèle, était idéalement accompagné par un bel Objet Musical Non Identifié. Il n’y avait sans doute pas de meilleure illustration du thème annuel du festival : «Aujourd’hui, tout est permis !»

EMILIEN MOREAU
Novembre 2014

La 10e édition du FIMÉ, Festival international des musiques d’écran, a eu lieu du 7 au 15 novembre dans le Var

Photo : In-the-land-of-the-head-hunters-de-Edward-S.-Curtis-(1914)-©-Capricci-©-2013-Milestone-Film-&-Video