Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Antoine Defoort atteint des sommets… d’absurdité, et son public est prêt à rechausser les crampons

Randonnée en droits méconnus

Antoine Defoort atteint des sommets… d’absurdité, et son public est prêt à rechausser les crampons - Zibeline

Petit croquis en guise de feuille de salle et saladier de Pépito à l’accueil, nous voilà conviés à une randonnée en terre amicale avec le plasticien et performeur Antoine Defoort qui «réfléchit, fait des schémas et parle tout haut». Et, accessoirement, sert de guide pour détricoter le maquis des droits d’auteur… Bref, notre ascension nocturne s’annonce escarpée ! Grâce à son obstination, son talent de pédagogue et une bonne dose d’imagination, il dissipera le brouillard juridique et la brume philosophique qui ont vite fait de plomber le sujet. Autant d’ingrédients nécessaires aux projets de spectacles-conférences qui fleurissent actuellement. On pense à Problème technique du duo Yalda Younès et Gaspard Delanoë sur les conséquences économiques des révolutions arabes sur le tourisme (Rencontres d’Averroès 2013), à La crise commence où finit le langage d’Olivier Balazuc qui mêle paroles d’expert, verbiages critiques et stratégies de vente pour disserter sur la crise existentielle et la crise de nerfs mondiales (Théâtre Liberté) et, dernièrement, Les Vikings et les satellites de Frédéric Ferrer sur le réchauffement climatique (festival Constellations). Avec la même ingéniosité que ses partenaires de jeu, Antoine Defoort s’engage dans Un faible degré d’originalité sur le ton de la «causerie-in-progress» avec comme point de départ Les parapluies de Cherbourg et Les demoiselles de Rochefort, et comme point culminant la protection et la diffusion de l’œuvre de l’esprit. À l’aller il sifflote, chantonne, dessine, manipule moult cartons, cite Les Lumières et Diderot, jongle habilement avec les concepts, les images animées et les lois, file la métaphore. Et, se jouant des glissements rhétoriques d’usage et autres arguments fallacieux, il atteint des sommets… d’absurdité ! Au retour, le public a vaincu son vertige, prêt à rechausser les crampons.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Octobre 2015

Un faible degré d’originalité d’Antoine Defoort (L’Amicale de production) a été présenté le 13 octobre au CNCDC Châteauvallon

Photo : Un faible degré d’originalité © Belinda Annaloro


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com