Retour sur le foisonnant Festival de Radio France Occitanie Montpellier

Radio StarsVu par Zibeline

Retour sur le foisonnant Festival de Radio France Occitanie Montpellier - Zibeline

Denis et Katya, amour à mort

Ted Huffman ne nous avait guère convaincu sur son Triomphe du Temps la saison dernière. Et ce moins pour des raisons techniques et artistiques que pour une question de regard. Le metteur en scène anglais se fait sur Denis et Katya également librettiste : il adapte, ou du moins transpose vers la scène un fait divers sordide. Soit le premier pacte suicidaire filmé en live sur Périscope en 2016, scellé par deux adolescents retranchés dans une datcha et cernés par la police. S’entremêlent dans un flux narratif polyphonique le déroulement même de ce fait divers, mais aussi son appréhension par un cercle proche : camarade de classe, voisine, professeur, spectateurs anonymes. On retrouve également des échanges entre le librettiste et le compositeur mêmes, soucieux de retranscrire au mieux les tenants de cet évènement inexplicable. Cette dernière composante aura beau sembler un peu en-deçà du reste, l’alternance de points de vue fonctionne à plein tube. Le goût pour la réserve, ou du moins pour une certaine pudeur, rend la parole convoquée plus émouvante et plus inquiétante à la fois. Si cette mise à distance nous plonge malgré tout entièrement dans le récit, c’est aussi parce que les interprètes se révèlent en tous points remarquables : Chloé Briot est aussi solide vocalement que redoutable scéniquement parlant, tandis qu’Elliot Madore tire le meilleur de sa fragilité, que n’altèrent jamais l’aplomb et la texture de sa voix. Les langues dialoguent : cet opéra créé en anglais est ici prononcé dans un français impeccable, mais également dans un russe traduit habilement en contrepoint. La musique de Philip Venables, ténue, angoissante et organique, mêle la crudité de timbres humains – les voix donc, mais aussi quatre violoncelles disposés aux quatre coins de la scène – à quelques effets électroniques volontairement irritants. Personnage à part entière, l’écran qui accueille les propos des uns et des autres, se fait à la fois toile de fond et décor. On ressort de cette heure et quart de spectacle total sonnés, persuadés d’avoir assisté à la naissance d’une nouvelle forme, sinon d’une nouvelle ère, d’opéra.

Immense Sonya Yoncheva

 

 

 

 

 

 

Le concert de clôture du festival s’est rempli à une vitesse ahurissante. Aussi simple que prometteuse, cette carte blanche réunissant la grande soprano Sonya Yoncheva et son époux Domingo Hindoyan à la tête de l’Orchestre national Montpellier Occitanie faisait saliver d’avance tout l’auditoire. Jusqu’à l’orchestre même lorsque surviendra Puccini et sa Madama Butterfly : « Un bel di vedremo » a ainsi mis à rude épreuve les glandes lacrymales d’un public contenant ses sanglots jusque dans ses masques, mais aussi des musiciens même. D’un (très léger) loupé du côté des départs au petit passage de mouchoir sur les tempes, chaque pupitre tente tant bien que mal de se relever d’un moment si sublime. Sublime sur Puccini, Sonya Yoncheva sait également sombrer son timbre sur Verdi et Luisa Miller, voire convoquer la rondeur des voix du musical sur Vladimir Cosma et Edith Piaf. Si l’on pourra regretter de ne pas l’avoir entendue sur des pages plus intéressantes de la musique française, la prononciation, impeccable, impressionne autant sur le français et l’italien que sur le tchèque de Rusalka ou l’espagnol de Lolita Torres. La complicité de la cantatrice et du chef fait plaisir à voir, et ne dispense jamais le chef de mener sans temps mort la phalange vers des tempi, des rythmes et surtout des couleurs radicalement différentes. Un très grand concert, en somme.

SUZANNE CANESSA
Août 2021

Ces concerts ont été donnés dans le cadre du Festival Radio France Occitanie Montpellier, les 29 et 30 juillet.

Photos © Marc Ginot

Le Corum
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier
04 67 61 67 61
montpellier-events.com/Le-Corum/Presentation

Opéra Orchestre National de Montpellier
11 boulevard Victor Hugo
34400 Montpellier
04 67 601 999
opera-orchestre-montpellier.fr