Rachid Taha au sommet de sa forme sur la scène des Rencontres d'Averroès (ce qui n'est pas toujours le cas)

Rachid Taha, tout en hommageVu par Zibeline

• 30 novembre 2013 •
Rachid Taha au sommet de sa forme sur la scène des Rencontres d'Averroès (ce qui n'est pas toujours le cas) - Zibeline

Comme un besoin inconscient de gagner dans son pays d’adoption ses galons d’enfant du rock qu’il est indiscutablement. Rachid Taha, invité pour clôturer les 20e Rencontres d’Averroès, a multiplié les clins d’œil aux icones du rock’n roll. De Lou Reed, auquel il a rendu hommage avec Take a walk on the wild side en ouverture du concert, à The Clash, dont il a immortalisé Rock the Casbah en 2004. En passant par une reprise de Johnny Cash ou encore sa version arabe de It’s now or never, du king Elvis, issue du somptueux dernier album de Taha, Zoom.

Depuis Douce France qui l’a révélé à Ya Rayah qui l’a rendu populaire, l’ancien chanteur de Carte de séjour a toujours su s’approprier les morceaux des autres avec un talent certain d’arrangeur. Au sommet de sa forme sur scène, ce qui n’est pas toujours le cas, Rachid Taha a réussi à chauffer et déchaîner une salle austère, assise et clairsemée. À se demander pourquoi les organisateurs des Rencontres s’entêtent à programmer des concerts de musiques amplifiées dans un lieu dont le rendu sonore est désastreux, alors qu’une salle comme l’Espace Julien (sur la même ligne de métro que Chanot) serait en tout point de vue plus appropriée.

Et comme un concert du Franco-algérien n’est pas complet sans un coup de gueule, c’est le film La marche qui, ce soir-là, en a pris pour son grade. Taha rappelant le parcours dans les ors de la République d’un certain nombre de dirigeants de SOS Racisme de l’époque.

THOMAS DALICANTE
Décembre 2013

Photo : Rachid-Taha-Espaceculture_Marseille-svz-2013
Vidéo  : Gaëlle Cloarec

Rachid Taha s’est produit le 30 novembre, dans l’auditorium du Parc Chanot, Marseille