«Il est temps que je te dise» de David Chariandy, paru aux Éditions Zoé

Quelques nuances de noir…Lu par Zibeline

«Il est temps que je te dise» de David Chariandy, paru aux Éditions Zoé - Zibeline

2017, Vancouver, Canada : la fille de David Chariandy a 13 ans. C’est aussi l’année de l’élection de Trump dans le pays voisin, « énième homme gâté, vulgaire et hâbleur » qui, dès son accès au pouvoir, multiplie des déclarations racistes et discriminatoires.

Sous prétexte de fournir à sa fille des éclaircissements sur les origines de leur famille, l’auteur se livre à une réflexion sur les inégalités et le racisme latent. Bien que Canadien de naissance, on lui a souvent demandé d’où il est vraiment et il lui est arrivé d’entendre le mot « nègre » à son sujet. Ses parents, d’origine africaine et asiatique, s’étaient engagés pour travailler sur les champs de cannes à sucre à Trinidad : un esclavage qui ne disait pas vraiment son nom, on disait plutôt « engagisme ». De là ils sont allés s’installer dans un quartier mixte de Toronto en 1963. Ils n’ont pas tous les deux la même couleur, et leur fils n’est pas tout à fait noir. Cependant dans leur quartier de grande mixité avaient lieu des manifestations de méfiance : cultures, langues et couleurs soulevaient souvent des questions. À l’université, David a rencontré, puis épousé, une blanche d’origine écossaise dont la famille s’était installée au Québec. Sa « fille chérie » – comme il l’appelle tout au long du récit d’une manière un peu désuète – a donc un héritage multiple, mais les problèmes qu’elle peut avoir sont bien différents de ceux que son père a eus dans son enfance et son adolescence. Cependant elle comprend confusément la question du racisme et, confrontée à une attaque qu’a subi son petit frère à l’école, elle a pris sa défense avec fougue à la grande satisfaction de ses parents.

David Chariandy livre avec ce texte une réflexion sur le métissage, sur l’espoir d’un vivre ensemble enrichissant et non sclérosant. Mais une sourde inquiétude semble l’habiter.

CHRIS BOURGUE
Février 2020

L’auteur fait partie de la sélection du Prix littéraire de la Région Sud ; son livre 33 tours sera chroniqué dans le prochain Zibeline.

Il est temps que je te dise (lettre à ma fille sur le racisme) David Chariandy
Traduit de l’anglais par Christine Raguet
Éditions Zoé 14 €