Retour sur le film Bande de filles de Céline Sciamma, vu le 27 mai à l'Alhambra, pour la Quinzaine des réalisateurs

Quatre à la TreizaineVu par Zibeline

• 27 mai 2014 •
Retour sur le film Bande de filles de Céline Sciamma, vu le 27 mai à l'Alhambra, pour la Quinzaine des réalisateurs - Zibeline

Salle comble et comblée ce 27 mai à l’Alhambra qui pour la 10e fois proposait la reprise de treize des films de la Quinzaine des réalisateurs, trois jours après le palmarès cannois, en présence d’Edouard Waintrop, délégué général de la sélection et de Céline Sciamma venue présenter Bande de filles, son troisième opus, qui met brillamment en scène quatre actrices non professionnelles, épatantes de justesse. Marieme (Karidjia Touré) a seize ans, vit en région parisienne entre un frère brutal et macho, deux petites soeurs, une mère fatiguée par les ménages. Elle devient Vic en rejoignant une bande de trois loubardes blacks qui se rêvent «ladies», ne craignent personne, se battent comme des mecs, volent un peu, parlent, rient beaucoup et trop fort, s’inventent femmes, loin du regard des garçons, soudées par leur refus de se couler dans le moule offert par l’école et leur famille. D’une certaine façon, le film joue aussi sur un refus, celui de verser dans un cinéma de banlieue. Pas de rap, pas de caméra à l’épaule tressautante, pas de flics, pas de discours sociologique sur les problèmes des zones sensibles, de la tension mais pas de haine. La réalisatrice suit l’éducation sentimentale d’une jeune fille qui aurait pu, en un autre temps, être héroïne de Jane Austen. Elle la détache, dès le début, du groupe de footballeuses qui se délite peu à peu du stade à la cité, la serre dans le cadre, saisit les corps dans des travellings millimétrés ou dans des plans séquences élaborés comme celui, déjà fameux, de la danse des filles à l’hôtel sur Diamonds de Rihanna. Marieme naît à l’image dans le rythme d’une partition électro-pop-soul, dans les vibrations des rouges et des bleus, déjà présentes dans Tomboy. On sent l’énergie positive du non qui fonde sa liberté tout comme la force et la vulnérabilité de sa jeunesse. La fin reste ouverte. Marieme quitte le cadre pour un combat bien incertain.

ELISE PADOVANI
JUIN 2014

Le film sort en salles le 22 octobre

Écoutez aussi l’interview de Celine Sciamma sur la Webradio Zibeline

Photo : Bande de filles de Céline Sciamma © Pyramide Films

Alhambra
2 rue du Cinéma
13016 Marseille
04 91 46 02 83
http://www.alhambracine.com/