Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur la première édition du festival LGBT eden(s) à Marseille

Quand « le désespoir mène au courage »

Retour sur la première édition du festival LGBT eden(s) à Marseille - Zibeline

Nouveau venu parmi les festivals LGBT, eden(s) a remarquablement mis en lumière l’engagement de réalisateurs en terres méditerranéennes. Retour sur les films Mr. Gay Syria et Oriented.

Tristesse, colère, injustices, courage, lutte, dignité, espoir. Les sentiments et les émotions se sont bousculés tout au long des quatre soirées de la première édition des Rencontres du cinéma méditerranéen LGBTI. Présentant une grande diversité d’approches du travail documentaire, la programmation soignée du festival nous a emmenés de la Tunisie au Liban, en passant par Israël, la Turquie et l’Italie, avec le parti pris de rendre visible des personnes condamnées à la double peine, réfugiés et homosexuels, discriminés quand ce n’est pas persécutés.

Dans Mr. Gay Syria, d’Ayse Toprak, Mahmoud Hassino, journaliste homo syrien vivant en Allemagne, se lance dans l’organisation de l’élection de Mister Gay parmi ses compatriotes réfugiés à Istanbul. Son objectif : que la communauté LGBT syrienne soit représentée au concours de Mister Gay World, quelques mois plus tard à Malte. « Ce visage sera celui du seul réfugié de la compétition. » Un pari fou auquel vont se prêter quatre garçons : « les hommes les plus courageux du monde ». D’ailleurs, candidatent-ils « par désespoir ou par courage ? », interroge l’organisateur. « Le désespoir mène au courage », répond Hussein, l’heureux élu. Mais le rêve tourne court, sa demande de visa lui étant refusée. « Avez-vous espoir qu’on protège un jour les gays en Syrie ?  », demande un des protagonistes. « Non, parce que l’espoir c’est nous [les exilés, ndlr] ».

La condition de queer est-elle plus enviable à Tel-Aviv ? Sans doute. À moins que l’on soit Palestinien comme Naeem, Khader ou Fadi, personnages centraux d’Oriented, de Jake Witzenfeld. Déjà empêchés de vivre pleinement leur orientation sexuelle par peur de la réaction familiale, ces jeunes subissent également au quotidien les conséquences de la politique colonialiste et excluante d’Israël. « Il y a eux et nous », témoigne l’un d’eux. Mais la nouvelle génération, qu’elle soit de tradition juive ou musulmane, est porteuse de changements. Devenus activistes en diffusant des vidéos à forte symbolique, les trois amis voient au fil de leur émancipation quelques-unes de leurs certitudes ébranlées. Un découvrira des parents plus ouverts qu’il n’y parait, un autre tombera amoureux d’un Juif, le dernier se laissera tenter par la vie berlinoise. L’espoir plus fort que la haine.

LUDOVIC TOMAS
Octobre 2018

eden(s) a eu lieu du 27 au 30 septembre à la faculté d’Aix-en-Provence et dans les cinémas La Baleine, Le Gyptis et Videodrome 2, à Marseille

Photo : Oriented, de Jake Witzenfeld

Lire ici notre article sur la situation difficile des réfugiés LGBT


Cinéma La Baleine
59 Cours Julien
13006 Marseille
04 13 25 17 17
labaleinemarseille.com


Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille
04 95 04 95 95
www.lafriche.org


Vidéodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille
04 91 42 75 41
http://videodrome2.fr/