Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Charlie Jazz Festival

Quand la musique de personne devient la musique de tous…

• 6 juillet 2018⇒8 juillet 2018 •
Charlie Jazz Festival - Zibeline

La réputation du Charlie Jazz Festival de Vitrolles n’est plus à faire. Pour la soirée d’ouverture de la 21e édition du festival, singularité, métissage et originalité furent les maîtres-mots.

Sur la scène du Moulin à Jazz, le quartet toulousain Pulcinella propose un jazz étrange, une bizarrerie musicale, fantasque et intrigante. Si la musique a des accents de cirque, de bal musette et de course poursuite de dessin animé, elle reste très sérieuse, d’une virtuosité exceptionnelle et d’une précision chirurgicale. Au fil des morceaux, le quartet, qui a pour soliste l’excellent saxophoniste Ferdinand Doumerc, joue entre le groove d’un Miles Davis des années 70, les dissonances d’un Wayne Shorter et les rythmiques furieuses de Yes.

Puis, sur la scène principale du Charlie Jazz, le quartet TarTARtar Brass Embassy s’installe. Cette formation, créée à l’occasion du festival, est portée par le mythique batteur et percussionniste Famoudou Don Moye qui fut l’un des piliers majeurs de l’Art Ensemble of Chicago, ce collectif des années 60-70 investigateur du mouvement de la « Great Black Music ». Entouré du trompettiste Christophe Leloil, du guitariste Andrews Sudhibhasilp, du tromboniste, organiste et tubiste Simon Sieger, Famoudou Don Moye propose aux spectateurs une leçon d’histoire du jazz qu’il suffit à incarner. Entre reprises et compositions originales, la formation a su rendre hommage à cet ensemble incontournable.

Enfin, pour conclure cette soirée : le spectacle imaginé par le trompettiste sarde Paolo Fresu, le bandonéiste italien Daniele di Bonaventura et l’ensemble polyphonique corse A Filetta. Cette formation hybride, qui marie des accents inconciliables, a trouvé voix commune en portant celles du poète Aimé Césaire et du résistant Jean Nicoli. Ensemble, ils inventent une musique lente et mélancolique, une ode humaniste qui chante l’espoir d’un monde meilleur. L’alchimie rare et envoutante de la rencontre se retrouve dans l’album Danse mémoire, danse. Jean-Claude Acquaviva, l’un des six chanteurs de l’A Filetta, pour parler de ces échanges artistiques atypiques et hors du commun, évoque la possibilité d’une musique qui ne ressemble à rien ni à personne et qui dès lors devient la musique de tous. C’est le pari gagnant qu’a une fois de plus fait le Charlie Jazz : inventer un langage à partager.

MELANIE EGGER
Juillet 2018

Photo :  PULCINELLA © Sophie Le Roux

 

Le Charlie Jazz Festival a eu lieu au Domaine de Fontblanche à Vitrolles du 6 au 8 juillet


Association Charlie Free – Le Moulin à Jazz
Domaine de Fontblanche
13127 Vitrolles
04 42 79 63 60
http://www.charliefree.com/