Vu par Zibeline

Retour sur l’avant-goût de La Digitale à l’Alcazar le samedi 28 novembre

Quand la littérature policière rencontre l’opéra

• 28 novembre 2015, 11 décembre 2015⇒13 décembre 2015 •
Retour sur l’avant-goût de La Digitale à l’Alcazar le samedi 28 novembre - Zibeline

Littérature policière et opéra 072bisAprès que trois jeunes chanteuses, élèves de la classe de chant de Klaudia Sorokina du Conservatoire de Marseille, accompagnées au piano par Anne Guidi ont impressionné le public présent dans le hall et les coursives de la bibliothèque avec des « Airs mortels » tirés de Didon et Enée, Turandot ou Cléopâtre… on se retrouve à la Conférence musicale qu’organise l’ensemble Musicatreize. On nous invite à découvrir les secrets de la première des trois cantates policières, La Digitale, en présence du librettiste Sylvain Coher, de la metteuse en scène Sybille Wilson, du directeur artistique Roland Hayrabedian et ses chanteurs…

L’idée a germé il y a longtemps dans la tête de Roland Hayrabedian de créer des « Cantates policières » et d’y associer le public : une façon pour lui d’écouter la musique d’aujourd’hui de façon ludique à partir d’un support original ! Le livret… ou plus exactement les trois livrets édités chez Actes Sud, sont de la plume du romancier Sylvain Coher qui s’est inspiré de la structure des séries qui traitent d’un sujet policier sur le petit écran, avec des personnages tels (outre des traditionnels policiers dans un commissariat) qu’une avocate commise d’office, des témoins, un médecin légiste prenant du plaisir à disséquer le corps des victimes, glissant vers la folie… La mise en scène de Sybille Wilson travaille sur un espace labyrinthique de murs pivotants, créant des niches, fenêtres où l’on s’observe, complote, un réseau qui forcerait les protagonistes à entrer dans l’histoire criminelle. Des images, vidéos projetées ajoutent, de surcroît, un univers hallucinatoire.

Littérature policière et opéra 088Dans La Digitale, la jeune Flore (Sevan Manoukian) issue d’une généalogie d’empoisonneuses œuvrant sur la gent masculine, est en garde à vue pour le meurtre de Karl… qu’elle aurait commis (une vendetta ?). En avant goût, on assiste en musique, à l’Alcazar, à la première scène, ou à l’air du Légiste (Cécil Gallois alternant falsetto et voix de poitrine), interprétés par les chanteurs de Musicatreize avec accompagnement pianistique. Du 11 au 13 décembre ce sont huit instruments qui accompagneront les voix.

Un travail à suivre. Un nouvel opéra (signé Juan Pablo Carreño) à  découvrir !

JACQUES FRESCHEL
Décembre 2015

La Digitale, du 11 au 13 déc à La Criée. En partenariat avec l’Opéra de Marseille.

Photos : c La belle équipe – Alcazar/Marie-Anne Baillon –  Sybille Wilson & Sylvain Coher 


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/