Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Cockpit Cuisine de La Bande passante, suspens familial et décollage aux infrabasses pour pré-adolescents

Quand bricolage rime avec voyage

Le Cockpit Cuisine de La Bande passante, suspens familial et décollage aux infrabasses pour pré-adolescents - Zibeline

La Bande passante «explore les liens entre création plastique et spectacle vivant», revendique le bricolage comme acte poétique, et le réel comme source d’inspiration. Cahier des charges parfaitement rempli dans Cockpit Cuisine, spectacle qui vient d’être donné au théâtre Massalia. Tout commence par l’héritage d’une maison, qui échoit à un jeune homme sans qu’il n’en connaisse le possesseur. Laurent Fraunié, acteur volubile, encadré de ses deux cousins, un archiviste obsessionnel et un bidouilleur de génie (Francis Ramm et Benoît Faivre, fondateur de la compagnie), raconte une histoire d’amours ratées et de transmission familiale, un peu à la manière des récits de voyage façon XIXe siècle : plein d’humanité, de tentations exotiques et de rebondissements. Entre ses deux acolytes taciturnes, qu’il maltraite et régente, son débit de titi parisien fait merveille auprès des préadolescents, de même que l’inventivité technique qui irrigue tout du long ce spectacle. Il faut voir les trois artistes user d’écrans, webcam, effets spéciaux à écran bleu, aussi bien que de vieilles photographies, jouets, locomotives miniatures, silhouettes découpées ou cartes postales, pour créer un univers, une temporalité autant qu’une narration !

Narration qui n’élude aucune des difficultés de la vie, ni rendez-vous ratés ni écueils affectifs (la mère du principal personnage fait une maladie le jour où elle voit son fils dans les bras d’une autre femme… Allo, Dr Freud ?). Mais ouvre de jolies pistes à la sublimation, quand bidouiller des «machines à voyager partout» permet à un sédentaire par obligation de s’évader, et aux spectateurs de traverser la guerre froide, Berlin au moment de la construction du Mur, voire d’emprunter le Transsibérien… Sans dévoiler l’intrigue, culminant lors d’une troublante «coloscopie mentale», sachez que Cockpit Cuisine maintient jusqu’au bout un suspens redoutable et un humour enthousiasmant, avec décollage aux infrabasses comme bouquet final.

GAËLLE CLOAREC
Novembre 2015

Cockpit Cuisine était programmé au Théâtre Massalia les 22 et 23 novembre. Les séances scolaires ont pu être maintenues malgré l’état d’alerte, au grand plaisir du jeune public.

Photo : Cockpit Cuisine – Lune -c- Benoit Faivre


Théâtre Massalia
41 Rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 70
http://www.theatremassalia.com/