"Aix en juin" prélude au Festival International d’art lyrique

Quand Aix concertiseVu par Zibeline

• 11 juin 2019⇒30 juin 2019 •

On a suivi avec passion la nouveauté des Opéras de-ci, de-là (lire journalzibeline.fr), d’autres moments, plus familiers, emportent aussi les suffrages. Ainsi, les récitals et concerts donnés à l’hôtel Maynier d’Oppède et en région par de jeunes chanteurs et musiciens de chambre déjà moult fois primés, venus du monde entier pour se perfectionner à l’Académie du Festival. Encadrés par András Keller (violon), David Alberman (violon), Mark Withers (clarinette, formateur à la médiation), Christiane Louis (formatrice à l’entreprenariat artistique), les quatuors Agate, Elmire, Seleni et le trio Sōra ont affiné leur approche de tous les répertoires. Une place de choix était réservée à Wolfgang Rihm dont l’opéra Jacob Lenz est à l’affiche du festival : avec Grave –In memoriam Kakuska, composé à la suite de la disparition de l’altiste autrichien Thomas Kakuska, le souvenir sensible s’orchestre en silences et éblouissements. Le Quatuor n° 2 op.10, joue des ruptures de ton et d’atmosphère, se coule dans un élan fluide, puis se resserre sur de vifs éclats, martèle les instruments, tandis que son Fremde Szene I essai pour trio avec piano s’empare de la polysémie de la racine allemande « fremd », étrange ou étranger, entre méditation et mouvements ostinato. D’autres auteurs du XXe sont repris, dont Erwin Schulhoff (1894-1942) et ses Cinq pièces pour quatuor à cordes de 1923, qui s’inspirent et se distancient à la fois des influences du passé, entre pastiche de valse et tango qui s’orientalise. L’écoute, dans la foulée des compositions contemporaines, d’œuvres du XIXe en est transformée. Les Lauréats HSBC offraient leur concours à ces moments musicaux de haute volée. Le Quatuor Esmé accordait sa subtilité à une somptueuse interprétation de La Jeune Fille et la Mort de Schubert, enveloppante fluidité, articulation aérienne, ancrage sûr des profondeurs… et nous permettait de découvrir des auteures sud-coréennes contemporaines : Unsuk Chin avec un ParaMetaString aux motifs rythmiques qui semblent se stratifier, et à une harmonisation qui remodèle l’espace sonore ; et Soo Yeon Lyuh, spécialiste de l’instrument à cordes coréen traditionnel, le haegeum, dont elle s’inspire pour Yessori (« son du passé » en coréen), pépite ciselée hantée par les échos des musiques anciennes.

Voix et mots d’oiseaux

La voix n’était pas oubliée, avec le duo piano (Célia Oneto)/ soprano (Marie-Laure Garnier), Lauréates HSBC 2018, qui évoque avec humour et maestria « grandeur et décadence du cabaret » avec des airs de l’entre-deux guerres de Poulenc, Gershwin, von Zemlinsky, Kurt Weill, William Bolcom. Voix encore et pour la première fois au festival d’Aix sur des œuvres de Puccini, lors du grand concert gratuit « Parade(s) », au sommet du cours Mirabeau. Les sopranos Angel Blue, Siobhán Stagg, les ténors Joseph Calleja et Mackenzie Gotcher, le baryton Alexey Markov (que l’on retrouvera dans les productions du festival de juillet), interprétaient avec une intelligente passion des airs de La Bohème, Il Tabarro, Mme Butterfly, Tosca, Gianni Schicchi, Turandot, sous la direction enlevée, précise et enthousiaste de Daniele Rustioni.

Une mention spéciale aux chœurs amateurs Ibn Zaydoun et Antequiem a cappella, dirigés par Philippe Franceschi, qui ont chanté/ joué/ interprété, avec une sensible vérité la belle (et difficile) partition de Moneim Adwan sur un livret de Fady Jomar, inspiré de La Conférence des oiseaux de Farid al-Din’Attar (1177). Histoire de quête, de découverte de soi, d’une belle profondeur, mise en scène avec inventivité par Victoria Duhamel : des parapluies diversement décorés symbolisent les oiseaux, qui chantent et parlent en arabe et en français (les paroles sont distribuées au public), les personnages principaux accompagnés d’un chœur antique qui évolue dans la fosse et accorde enfin les réponses symboliques à leurs interrogations mystiques. Un diamant brut d’humanité !

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2019

Aix en juin s’est déroulé du 11 au 30 juin à Aix-en-Provence

Photographie © MC