Vu par Zibeline

Pupille, nouveau film de Jeanne Herry

Pupille : La prunelle de ses yeux

• 5 décembre 2018 •
Pupille, nouveau film de Jeanne Herry - Zibeline

Saluée pour l’élégant et facétieux Elle l’adore, Jeanne Herry revient avec Pupille sur un sujet peu commun : de la naissance de Théo – sous X – à son adoption, on assiste à la prise en charge du nouveau-né par différents membres de l’aide sociale. Pour dire cette histoire peu souvent évoquée, pour tordre le cou à certains lieux communs prêtés à la parentalité, la jeune réalisatrice fait montre d’une délicatesse admirable. Certains pourront peut-être voir dans ce portrait d’une mère biologique ni instable, ni indigne, mais faisant défaut malgré elle, ou encore dans cette représentation de services sociaux à peu près irréprochables un manque de réalisme. Mais cette propension du film à prendre à rebours les clichés de la maternité, tout en rendant le récit paradoxalement, par endroits, prévisible, n’exclut ni la pertinence du discours, ni l’émotion qui en découle. D’autant que le scénario et les dialogues, finement élaborés sur ce fil entre ironie, tragique et candeur qui est devenu la marque de fabrique de Jeanne Herry, sont servis par des comédiens particulièrement inspirés – et vraisemblablement très bien dirigés. Miou-Miou (la mère de la réalisatrice, NDLR) est une passeuse de flambeau désarmante. Sandrine Kiberlain, autre habituée de la réalisatrice, compose avec un Gilles Lellouche étonnant un couple de fortune qui peine à cloisonner le flot d’émotions intrinsèque à leur profession et leurs cadres familiaux respectifs ; entre infantilité et autorité, ils n’incarnent pas la parentalité mais bel et bien le statut précaire de la tutelle, avec les séquelles que l’on imagine sur leur intimité. Elodie Bouchez, enfin, est tout simplement bouleversante : les évolutions successives de son personnage, du couple à la séparation, de la séparation à l’adoption, se devinent au fil de ses présences et de ses absences à l’écran, jusque dans la force de ses silences mêmes. On saura gré à Jeanne Herry de lui avoir – enfin ! – confié un rôle à son ampleur.

SUZANNE CANESSA
Décembre 2018

Photo: Pupille de Jeanne Herry © 2018 TRÉSOR FILMS – CHI-FOU-MI PRODUCTIONS – STUDIOCANAL – FRANCE 3 CINEMA – ARTÉMIS PRODUCTIONS 10

Pupille, de Jeanne Herry, est sorti le 5 décembre (1h47)