Vu par Zibeline

Rendez-vous manqué au Théâtre Liberté à Toulon pour un programme trop « consensuel »

Promesses non tenues

• 15 février 2015 •
Rendez-vous manqué au Théâtre Liberté à Toulon pour un programme trop « consensuel » - Zibeline

Le concert donné le 15 Février dernier au Théâtre Liberté avait beaucoup d’atouts, mais la prestation n’a pas toujours été à la hauteur de l’affiche. Dans une première partie en compagnie d’Edgar Moreau au violoncelle, la sonorité de l’Orchestre de Chambre Franz Liszt de Budapest était un peu déroutante : sans vouloir incriminer l’acoustique de la salle ou l’écriture musicale elle-même un peu resserrée en termes de tessiture instrumentale, les aigus étaient en berne et la cohésion sonore n’était pas au rendez-vous. Malgré tout, le soliste au jeu précis et tout en retenue semblait confiné dans un répertoire concertant (Vivaldi et Boccherini) qui ne permettait pas réellement à son talent de s’exprimer avec panache. Libérés de sa présence, les musiciens de l’orchestre ont révélé en deuxième partie une sonorité beaucoup plus chatoyante avec une palette de nuances plus vaste et mieux maîtrisée. Mais quel dommage que cela n’ait pas été au service d’une musique moins consensuelle que la Sérénade op. 22 de Dvořák ou la Rhapsodie n° 2 de Liszt ! La précision du jeu collectif aurait été certainement plus louable dans des œuvres davantage contemporaines. Sans doute ragaillardis par l’émergence d’applaudissements inopportuns entre deux mouvements, les musiciens se sont sentis obligés de gratifier l’auditoire des fameuses Danses Hongroises de Brahms en bis. Une conclusion trop facile…
EMILIEN MOREAU
Février 2015

Photo : Edgar Moreau © Julien Mignot


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr