Vu par Zibeline

Les Juré.e.s de Marion Aubert au Théâtre Jean-Claude Carrière à Montpellier

Procès d’attentat

• 27 novembre 2018⇒28 novembre 2018 •
Les Juré.e.s de Marion Aubert au Théâtre Jean-Claude Carrière à Montpellier - Zibeline

Tumultes* exposait, dans une énergie furieusement communicative, le désir de résister. Résister à la connerie toute simple, celle de la mesquinerie naturelle, qui mène parfois jusqu’au fascisme. Il fallait faire la révolution sur scène. La pièce était une répétition permanente, la révolution y était vivante et fragile. Marion Aubert mélangeait les grands faits et personnages historiques aux luttes intestines de la troupe de théâtre (Cie Tire pas la nappe) en pleine création d’un moment révolutionnaire. L’auteure reprend, avec Les Juré.e.s, ce même principe de représentation du travail en train de se faire. Un parallélépipède transparent évoque l’espace d’une scène de théâtre où les comédiens évoluent, le temps de se replonger, sur le plateau, dans l’élaboration de la réflexion en cours. Il s’agit cette fois des « événements ». Les attentats. Celui contre Charlie Hebdo en particulier. Au nom de la liberté d’expression, que défendre ? Que revendiquer ? Jusqu’à quel point ? Les cinq comédiens posent les grandes lignes de la pièce en devenir. Et, entre introspection et moments de représentation formelle, des sketchs se succèdent. « On fait quoi là, on joue, ou on travaille ? » Personnages de fiction et histoires intimes se chevauchent et se nourrissent les uns les autres. On se jauge, on se juge. Ils vont loin dans leurs délires, la langue d’Aubert, toujours brillante et hautement comique, se régale dans le trivial. Comment réagiront les spectateurs qui, plus que jamais, sont les jurés de la pièce ? Étonnamment, beaucoup partent ! Comme une démonstration que le théâtre, c’est la vie, ces mécontents illustrent parfaitement le propos des Juré.e.s. Il y a bien une limite implicite, qu’on ne devrait pas dépasser. De façon un peu brouillonne parfois, elle l’est ici joyeusement, façon La Grande bouffe. Éloge du trop, pour mieux faire apparaître une vérité dépouillée de ses attraits. Désespérée, mais qui laisse, pourtant, une chance aux personnages, jusqu’à la fin.

ANNA ZISMAN
Décembre 2018

Photo: Les Juré.e.s c Jean-Louis Fernandez

*La pièce Tumultes sera reprise les 4 & 5 avril au Théâtre Jean Vilar à Montpellier, et les 25 & 26 avril au Théâtre de la Joliette à Marseille

La pièce Les Juré.e.s a été jouée les 27 & 28 novembre au Théâtre Jean-Claude Carrière, Domaine d’O, à Montpellier


Domaine d’O
178 rue de la Carriérasse
34090 Montpellier
0800 200 165
domainedo.fr