Hélène Tysman signe un opus bachien mémorable

Prisme BachVu par Zibeline

Tout pianiste -et à vrai dire, tout claviériste- peut se targuer d’avoir découvert de nouvelles facettes du « prisme Bach ». C’est du moins le postulat d’Hélène Tysman, qui rappelle en préambule de ce quatrième enregistrement en soliste l’extrême liberté d’interprétation laissée par l’absence d’annotation des partitions. Nul doigté, nulle nuance, nulle indication de pédalier -et pour cause, le clavecin n’est pas muni de la « lyre » des pianos à queue. Tout un phrasé y demeure à imaginer pour transposer le toucher baroque sur un clavier au son modulable. Hélène Tysman [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous