Vu par Zibeline

Turandot de Puccini à l’Opéra de Toulon

Princier

• 25 janvier 2019⇒29 janvier 2019 •
Turandot de Puccini à l’Opéra de Toulon - Zibeline

Pour sa première production lyrique en 2019, l’Opéra de Toulon programmait le célèbre Turandot de Puccini, dernière pièce théâtrale du transalpin qui n’eut pas le temps d’en achever la composition, terrassé par la maladie. Dans la version donnée, c’est le final complété par Luciano Berio qui a été préféré à celui d’Alfano pour son aspect suspendu et donc plus ouvert. Portée par un décor unique qui reliait les trois actes dans un lieu atemporel, marqué par la froideur d’une architecture révélant les stigmates d’un faux béton brut de décoffrage, la mise en scène était rehaussée avec goût par les lumières et la vidéo, jouant habilement de l’effet de contraste entre le clair et l’obscur pour mettre en relief le duel entre les deux personnages centraux. Ce décor offrait en outre l’avantage d’une double mise en abyme plutôt astucieuse. D’un côté, le rond central qui surplombait le balcon était le lieu de l’apparition vidéo des visages décapités des prétendants de la princesse, éclairés comme ceux d’une lune. On pouvait y voir un clin d’oeil au film Le Voyage dans la lune de Méliès en 1902, mais aussi au déclin d’une forme artistique ayant atteint son apogée par la naissance du 7e art, comme si la forme opéra assistait ici elle-même à son propre étiolement. De l’autre, les chanteurs de l’opéra assistaient au drame en position de spectateurs, investissant la scène et le balcon qui la surplombait, renvoyant aux spectateurs présents l’image de leur propre statut. Vocalement, la partition était servie par une distribution où brillaient le ténor dramatique Amadi Lagha (Calaf) grâce à un timbre puissant et gorgé de brillance, ainsi qu’Adriana Gonzalez (Liù), soprano lyrique aux aigus chatoyants. Malgré un vibrato trop ample, la prima donna Gabriela Georgieva (Turandot) campait son personnage avec autorité. Ce plateau, complété par des choeurs impeccables et un orchestre rutilant, était dirigé avec maestria par Jurjen Hempel, nous faisant regretter l’inachèvement de l’ouvrage.

ÉMILIEN MOREAU
Février 2019

Turandot a été donné du 25 au 29 janvier à l’Opéra de Toulon

Photo: © Frédéric Stéphan


Opéra de Toulon
Boulevard de Strasbourg
83000 Toulon
04 94 92 70 78
04 94 93 03 76
www.operadetoulon.fr