Prendre son piedVu par Zibeline

 - Zibeline

Les premières notes jouées par Bert (guitare et claviers) et Stjin (batteur) Cools, frères musiciens associés à la maison de production belge Granvat, accompagnent l’arrivée du crépuscule sur la Place d’armes du Fort Saint-Jean. L’introduction musicale de Come on feet, minimaliste et acoustique, ne présage en rien l’explosion à venir. Les corps des six danseurs et danseuses dirigés par le chorégraphe Quan Bui Ngoc -collaborateur régulier d’Alain Platel- réagissent à chaque son, comme reliés aux instruments par des électrodes. Les pieds se font émetteurs de sons, transmetteurs d’émotions. Passant de l’effervescence à l’accalmie, du solo à la danse de groupe, ils et elles se donnent et s’adonnent aux vibrations et aux éclats de la musique live. Entre battle hip hop, flashmob contemporain, danses africaines et clubbing, le footwork se décline à tous les rythmes. Soudainement, l’un des interprètes donne de la voix. Et le chant de Boule Mpanya d’offrir à la performance son supplément d’âme.

LUDOVIC TOMAS
Juillet 2021

Come on feet a été joué du 18 au 20 juin, au Mucem, dans le cadre du Festival de Marseille

Photo Come on feet, Granvat © Pierre Gondard