Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Gravité dernière création d'Alain Preljocaj : les lois de l'attraction

Preljocaj abolit les lois de la gravité

• 3 octobre 2018⇒6 octobre 2018 •
Gravité dernière création d'Alain Preljocaj : les lois de l'attraction - Zibeline

Gravité transcende les règles de la pesanteur pour mieux explorer celles de l’attraction ; une réussite qui doit beaucoup à la virtuosité de ses danseurs

Le ballet s’ouvre et se ferme sur des corps gisant au sol, inanimés. Au rythme d’une bande son hétéroclite, rassemblant Bach, Xenakis, Chostakovitch et Ravel, mais aussi les boucles répétitives de Philip Glass, Daft Punk ou les créations sonores du collectif 79D, ces corps seront traversés par de successives décharges de mouvement. Qu’elles relèvent de cette grâce irréelle qui porte les pas majestueux de ses danseuses tandis qu’au sol rampent les corps des danseurs, ou qu’elles déclenchent des furies collectives, des bacchanales guerrières, ces décharges semblent se propager d’un corps à l’autre par imitation ou par opposition.

Abstraite, sa structure se construit en un contrepoint à l’œuvre entre hommes et femmes, identiques mais décalés. Les duos procèdent d’une dynamique d’échange : d’un partenaire à l’autre, d’un dispositif au suivant. Hommes et femmes s’essaient à différentes polarités, notamment dans les portés, et aucun ne s’efface au profit de l’autre : deux danseurs mettront en circulation leurs créatures -deux danseuses affublées de casques de moto-, mais ils feront moins office de pygmalions que d’auxiliaires aux mouvements surnaturels qu’ils donnent à voir.

Ce n’est pas la contamination ou l’emprise qui lie les danseurs entre eux, mais bien l’harmonie : par endroits, la chorégraphie se cale sur les pas éthérés de Clara Freschel* irradiante et très enceinte ; elle laisse émerger de l’ensemble la gracieuse mise en orbite d’Isabel Garcia Lopez ; elle sculpte les différents macrocosmes mis en scène en confrontant les gestes tantôt à une légèreté, tantôt à une densité de l’espace. Ces jeux sur le temps et le rythme, appuyés par la lumière subtilement mouvante d’Eric Soyer, accompagnent la progression de l’action. Jusqu’à ce cercle organique qui retentit au son du Boléro de Ravel, à la fois inquiétant et étonnant de lyrisme.

Suzanne Canessa
Octobre 2018

*NDLR la fille de notre collaborateur

Lire l’entretien de Zibeline avec Angelin Preljocaj

Photo: Gravité © Jean-Claude Carbonne

Gravité à été créé du 20 au 24 septembre au Théâtre National Populaire, Villeurbanne, dans le cadre de la Biennale de Lyon

 

À venir

3 au 6 Octobre

GTP, Aix-en-Provence

08 2013 2013 lestheatres.net


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net